Magazine

En marge au lancement d’un nouveau site destiné aux femmes libérées, l’IFOP lève le voile sur nos désidératas les plus intimes et de prime abord, les femmes et la pornographie se concilieraient mieux qu’on ne l’imaginait!

Que de tabous brisés et d’idées préconçues rejetées, puisque d’après certains résultats, 82% des femmes interrogées, (soit plus de 8 sujets sur 10), affirmeraient avoir déjà visionné un film X. Par ailleurs, il importe de noter que ces résultats prennent une proportion significative, dans la mesure où 18% d’entre-elles aiment regarder de temps à autre, voire régulièrement, un film pornographique.

En couple ou en solitaire?

Plus surprenant encore, ce genre de passe-temps demeure pratiqué autant en couple qu’en solo, à savoir que la proportion de femmes exposées au X reste deux fois plus importante lorsque celles-ci ont eu plusieurs partenaires au cours de leur vie, (92% chez celles ayant eu plus de 3 amants), que lorsqu’elles n’en ont eu aucun (42%).

Les femmes, un public difficile?

Si 17% des spectatrices n’atteignent pas l’âge de 25 ans, 36% d’entre-elles, en revanche, n’auraient pas encore eu de partenaire. En outre, si une portion plus petite des sujets, (7%), s’avouerait célibataire, 9% affirmerait avoir une orientation homosexuelle ou bisexuelle.

Cerise sur le gâteau, il apparaît que, même dans ces instants, nous conserverions, notre instinct critique : bon nombre, (37%), attendrait du cinéma pornographique des évolutions en matière de qualité de scénario, contre 35% pour le côté réaliste des scènes. Par ailleurs, 71% des participantes au sondage estimeraient que, l’image véhiculée dans ce genre de films reste très masculine. Pour compléter cette critique, 79% d’entre-elles y trouveraient un sérieux manque de professionnalisme.

Enfin, d’après certaines recherches, d’un point de vue anatomique, nous ne serions pas “soucieuse du détail” : en effet, seule une faible portion des femmes, (17%), marque un intérêt pour des pratiques comme le cunnilingus, contre 13% pour les fellations…

Bref, si nous ne battons pas encore les statistiques de ces messieurs en matière de visionnage,(18% contre 63%), fidèles à nous-mêmes, comme dans (presque) tous les domaines, nous gagnons du terrain.