Magazine

. "L'auteur de cette annonce s'expose à des poursuites", indique le porte-parole de la compagnie ferroviaire. "Une enquête a été ouverte. Le premier élément dont nous avons besoin est le rapport de l'accompagnateur de ce train qui doit faire le constat de ce qu'il s'est passé."

Les panneaux à messages variables installés dans les trains sont contrôlés via un boîtier fermé sous clé. "C'est là que l'accompagnateur de train encode les données du train et peut le cas échéant ajouter une information supplémentaire comme, par exemple, un arrêt exceptionnel", explique le porte-parole.

"Selon toute vraisemblance, quelqu'un a eu accès à ce système et y a encodé ce message grossier." A ce stade, la personne qui a encodé ce message n'a pas été retrouvée. "Tout dépendra du rapport de l'accompagnateur. Celui-ci doit être transmis à son chef direct qui, à son tour, le transmettra le plus rapidement possible à la police des chemins de fer", détaille le porte-parole.

(Crédit: Twitter)


"On ne rigole pas avec le système d'information à la clientèle", ajoute-t-il, signalant que l'abus du système de messagerie est considéré comme un délit par la police des chemins de fer. "L'auteur de cette annonce s'expose à des poursuites pénales et, si la personne est identifiée, la SNCB se réserve également le droit de porter plainte.". Filmée par un usager, celle-ci a fait le buzz sur les réseaux sociaux. La SNCB a ouvert une enquête. "L'auteur de cette annonce s'expose à des poursuites", indique le porte-parole de la compagnie ferroviaire. "Une enquête a été ouverte. Le premier élément dont nous avons besoin est le rapport de l'accompagnateur de ce train qui doit faire le constat de ce qu'il s'est passé."

Les panneaux à messages variables installés dans les trains sont contrôlés via un boîtier fermé sous clé. "C'est là que l'accompagnateur de train encode les données du train et peut le cas échéant ajouter une information supplémentaire comme, par exemple, un arrêt exceptionnel", explique le porte-parole.