Le poil a la cote. La peau douce fraîchement rasée, dénuée du moindre duvet, c'est terminé. Pour être "hype", il faut de la barbe, et pas la petite barbe de deux jours. La barbe fournie fièrement arborée par les "hipsters", ces personnages branchés au style particulier, fait des émules. Les ventes de rasoirs en subissent d'ailleurs les conséquences: les entreprises frisent la chute.

On les blâmait  pour le port de ces grosses lunettes noires et pour leur chemise à carreaux. C'est désormais la toison proéminente des hipsters qui est critiquée puisqu'elle est jugée responsable de la diminution des ventes de rasoirs. 

Procter & Gamble, le fabricant du fameux Gillette Mach-3, affirme voir ses ventes dégringoler depuis le début du mois d'août. Energizer, à l'origine des rasoirs Schick, a constaté une baisse de 10% cette année. «C’est la plus grande baisse que nous ayons jamais connue», déplorait alors Ward Klein, président d’Energizer.

Différentes raisons pourraient expliquer cette diminution mais Eurominotor condamne les hipsters, à l'origine de «l'acceptation des mal rasés sur les lieux de travail». Les entreprises sont donc sur le fil du rasoir et craignent de voir chuter leur vente de plus belle. 

Par ailleurs, selon Bloomberg Businessweek, au moment de raccourcir leur pelage, les hipsters choisiraient des rasoirs bon marché. En effet, si les hipsters font office de boucs émissaires, il faut malgré tout préciser que se raser coûte de plus en plus cher. Les marques rivalisent d'imagination pour perfectionner leurs matériel et augmenter le nombre de lames. Par conséquent, le prix augmente aussi. 

La barbe ne semble donc pas se démoder. Au grand désespoir de ces dames, comme en témoigne la vidéo ci-dessous. De toute façon, ne dit-on pas que la vie manque parfois un peu de piquant?