Magazine

Le Belge est moyennement heureux. C'est en tout cas ce que révèle l'étude réalisée en juin et en octobre 2014 par InSites à la demande d'AG Insurance. Au total, 2000 Belges ont été sondés sur de plusieurs facteurs qui déterminent le bonheur: vie de famille, santé, argent, etc.

Sur une échelle de 0 à 10, le degré de bonheur du Belge se situe en moyenne à 6,8. Certains sondés évalue leur bonheur à 8 sur 10. "Le score est plus élevé chez les jeunes qui vivent encore chez leurs parents" précise le chercheur Herman Toch. 

Et de continuer: "La génération plus âgée qui peut profiter d'une belle retraite et dont les crédits hypothécaires sont remboursés, se situe également dans le haut du classement. Pour eux, le stress de la performance au travail a disparu, tout comme la pression financière pour se constituer des économies et régler ses dettes. Il est remarquable de noter que dans la génération intermédiaire, les personnes qui aiment travailler et qui puisent leur énergie dans leur activité professionnelle enregistrent un score nettement plus élevé – et inversement. On dit alors souvent qu’ils ont un bon équilibre vie privée/professionnelle. Je préfère le terme de fusion (blend) entre la vie professionnelle et la vie privée, qui s’équilibrent parfaitement, apportant énergie et sérénité."

Selon lui, la cote de 6,8 sur 10 ne représente pas le sentiment de bonheur des Belges, mais il reflète plutôt la façon dont ils voudraient se sentir: "Jamais auparavant autant de personnes en Belgique n’ont souffert de dépression ou de burnout. La consommation d’antidépresseurs et d’antipsychotiques est alarmante. Ce qui prouve incontestablement que notre santé mentale et notre bonheur ne sont pas au mieux."