Comme chaque année, les évaluations du bac permettent aux esprits taquins (et un brin moqueurs, reconnaissons-le) d'éplucher les copies rendues par les élèves français afin d'en retirer le meilleur... du pire. Une sorte de "worst-of", composé des réponses les plus invraisemblables, drôles, désolantes, sidérantes, ... Des sites, tels que Démotivateur.fr font le tri pour nous, avec pour débuter les productions du bac philo. Petit florilège...

Pour réussir leur épreuve de philosophie, les élèves devaient répondre à cette épineuse question: "Doit-on tout faire pour être heureux ?". Un sujet ô combien propice aux réponses complètement abracadabrantes. La preuve !

"Pour être heureux, on doit parfois tout donner : par exemple ici, pour avoir le bonheur de passer 4 heures ici, je n'ai pas hésité à affronter les grèves de la SNCF. Comme référence, je pourrais citer la CGT ou le patron de la SNCF, mais dans une copie de philosophie ça ferait un peu tâche. Alors passons cet intermède léger", ironise un bachelier ennuyé par la grève des cheminots. "Vivre heureux c'est parfois simple : un bon canapé, une bière, un match. Bref, rien à faire", écrit un autre, plus pragmatique.

"Pourtant, pour être heureux, certains font des actes très méchants : violer, tuer, massacrer, torturer, découper, écorcher... Mais il n'est pas nécessaire toujours d'en arriver là", explique à son tour un élève. Une réponse plutôt rassurante, en fait... "Je peux avoir le choix entre un baba au rhum et une forêt noire, mais si le docteur me dit pas de fraises, j'ai toujours le choix sans la liberté de manger celui que je veux", estime un autre, fin gourmet. Un autre participant à l'épreuve fait enfin observer son sens implacable de la logique. "Se connaître soi-même nécessite une bonne connaissance de soi". Imparable.

Autre sujet, autres rédactions intéressantes. Sur le sujet "Les œuvres éduquent-elles notre perception ?", nos voisins français ont également livré leurs états d'âme sans retenue. " Je dois reconnaître que la pornographie en tant qu’oeuvre concrète a radicalement changé ma perception des choses", est l'une des réponses qui fait à la fois sourire... et froid dans le dos.

Après la philo, place à l'Histoire-géo, afin de tester les connaissances des bacheliers bleu-blanc-rouge en la matière. Construction européenne, Chine, tels étaient les sujets sur lesquels les lycéens devaient s'exprimer. "L’Europe politique, c'est comme l'hiver dans Game Of Thrones : on t'en parle mais on la voit jamais arriver", pouvait-on lire sur une copie. "Au fil des années, la méfiance des européens fait qu'il sont devenus antisceptiques", était-il écrit sur une autre. Le Premier ministre britannique David Cameron appréciera...

"Deng Xiaoping a construit la grande muraille de Chine pour protéger l'économie chinoise des exportations étrangères", pense savoir un élève. Vraiment ? "Mao a été inspiré par son successeur", indique un autre, sans doute un peu trop fan de Retour vers le futur. "La population chinoise mourrait de faim, surtout dans les grandes villes : Shanghai, King Kong ou encore Pékin" n'était donc pas une version chinoise de "cherchez l'intrus", mais bien la réponse très premier degré retrouvée sur une copie.

Enfin, Démotivateur.fr pointe les errements retrouvés dans les examens, qui feraient faire des pirouettes à Victor Hugo. "Dans le poème, le dialogue entre le brin d'herbe et la tombe montre clairement que nous n'habitons pas le même univers", "Comment s’exprime le sentiment amoureux dans les trois textes du corpus ? De façon très impénétrable", ou encore "Victor Hugo est un écrivain et un poète du XIXe siècle. On lui doit notamment Notre Dame de Paris ou encore Les Minables" ont du faire plaisir à tous les correcteurs/amateurs du génie de la littérature tricolore.. "Devant de tels vers, on ressent une émotion comprise entre le néant intégral à l'incompréhension". Le mot de la fin.