Son salaire mensuel atteint à peine 600 euros, soit celui d'un revenu moyen. Son patrimoine pour l'année 2011 s'élevait à 1411 euros seulement. De résidence luxueuse il n'a point, ayant refusé de résider dans la demeure réservée aux présidents de son pays. Cet homme, rencontré par la BBC dans la ferme qu'il occupe au bout d'un chemin de terre à quelques encablures de Montevideo est Jose Mujica, le président de l'Uruguay. "J’ai vécu comme ça la plupart de ma vie. Je peux vivre avec ce que j’ai", a-t-il expliqué. Il refuse l’opulence jusqu'à reverser 90% de son salaire (9300 euros/mois) à des œuvres caritatives en faveur des pauvres et des petits entrepreneurs.

Après son élection en 2009, l'homme est resté fidèle à ses idéaux. Il est issu de la guérilla uruguayenne des Tupamaros, un groupe armé d'extrême gauche inspiré de la révolution cubaine. Incarcéré durant 14 ans, c'est en prison qu'il a développé sa philosophie de vie.

"On m’appelle le président le plus pauvre, mais je ne me sens pas pauvre. Les pauvres sont ceux qui travaillent uniquement pour avoir un style de vie dépensier, et qui en veulent toujours plus. C’est une question de liberté. Si vous n’avez pas beaucoup de possessions, vous n’avez pas besoin de travailler comme un esclave toute votre vie pour les soutenir, et vous avez plus de temps pour vous-même", a-t-il déclaré au média public britannique.

Suivez l'actualité de LaLibre.be sur nos comptes Twitter et Facebook. Et téléchargez gratuitement nos applications pour iPhone , iPad et Android, où vous pourrez également télécharger l'édition du jour.