Topo des désagréments voire dangers et conseils pour les éviter.

La belle saison est à nos portes, une période attendue avec impatience par les propriétaires d'animaux de compagnie. C'est le retour des longues balades complices avec le chien, des moments de jeu avec le chat dans le jardin, le lapin peut redécouvrir les joies de l'herbe. Le bonheur ! Tout le monde revit. Sauf que nos compagnons à quatre pattes doivent faire face à quelques désagréments et même parfois à des dangers. Car tout comme nous, ils souffrent d'allergies. A cela s'ajoutent les ennuis liés à la mue, aux parasites, aux puces, la frustration sexuelle, les plantes toxiques, etc.


Les allergies

Printemps rime souvent avec allergies. Et l'humain n'est pas le seul concerné. Près de la moitié des animaux de compagnie en souffrent également, d'autant qu'ils ont le museau constamment à hauteur du sol. Les causes peuvent être multiples, mais généralement liées aux graminées et aux herbes en cette période de l'année. Les principaux symptômes : écoulements nasaux, larmes, éternuements, conjonctivites, démangeaisons et rougeurs de la peau, grattage et léchage plus fréquents que d'habitude. « L'animal ne doit pas nécessairement présenter tous ces signes, un seul suffit pour constater qu'il souffre d'allergie. Attention cependant de ne pas confondre ces rougeurs de la peau avec les symptômes de l'allergie aux piqûres de puces qui se caractérisent par des plaques rouges et de grosses croûtes dans le bas du dos et dans la queue », explique le vétérinaire Coralie Duys. Côté soin, l'utilisation d'un shampoing spécifique peut aider, mais une consultation s'impose avant tout traitement, surtout médicamenteux.

© REPORTERS

La mue

Qui dit printemps dit renouveau ! Nos compagnons à quatre pattes traversent donc une période de mue. Le pelage se renouvelle, ce qui entraîne parfois une chute de poils impressionnante. Si ce phénomène perturbe la propreté de nos intérieurs, il est surtout désagréable pour les animaux qui risquent les troubles intestinaux en ingérant des boules de poils. Il n'existe pas de solution miracle, la nature doit suivre son court. Il est cependant recommandé de brosser vos compagnons plus régulièrement. Pour les chats et les lapins, les pâtes de Malt aident à réguler le système digestif jusqu'à l'évacuation naturelle de ces boules de poils.


Les puces, insectes et autres parasites

Les puces prolifèrent au printemps. Et si nous ne les percevons pas toujours à l’œil nu, ces insectes minuscules peuvent sérieusement ennuyer votre chien ou votre chat vu qu'ils se nourrissent de leur sang (et provoquent même parfois des allergies). D'avril à juin, le risque d'infestation est maximal. Il est donc essentiel de traiter son animal, et même tout au long de l'année car « les puces ne cessent pas de se reproduire en hiver vu les températures plus clémentes et la douceurs de nos intérieurs. Et dès le printemps, c'est l'invasion dans le salon et sur l'animal. Si jamais le traitement a été interrompu, mieux vaut ne pas traîner pour le renouveller. Pareil pour le vermifuge. Le printemps, c'est le bon moment pour une purge. Et ne surtout pas attendre les premiers symptômes pour consulter le vétérinaire », conseille Coralie Duys. Attention aux chenilles processionnaires ! Elles débarquent de plus en plus tôt chaque année dans la nature. Hautement allergènes, elles sont très dangereuses pour les animaux de compagnie. « Il faut aussi être très attentif aux lapins qui sortent dès le printemps. La nouvelle herbe est bien grasse, bien goûtue. Ils en sont très friands. Mais elle peut provoquer des selles molles qui collent au derrière. S'ils ne se nettoient pas bien, les mouches peuvent en profiter pour pondre. Et les larves grignotent alors le lapin de l'intérieur. Souvent, on ne peut plus faire grand chose pour l'animal. Il est donc conseillé de l'habituer progressivement à la verdure de printemps. Et en cas de soucis intestinaux de nettoyer régulièrement son derrière. ». Enfin, il est évident que l'antiparasitaire utilisé pour le grand chien n'est pas le même que pour le plus petit, le chat ou encore le lapin au risque d'un empoisonnement.

© REPORTERS


Les frustrations sexuelles

Dès le mois de février, les hormones titillent les animaux non stérilisés. C'est la période de reproduction qui débute. « Certaines personnes viennent consulter en panique parce que leur animal est d'un seul coup très nerveux. Elles ne s'attendent pas à des manifestations aussi spectaculaires », raconte la vétérinaire. Miaulements, frottements sur les gens, régression de la propreté, fugues, … ces comportements sexuels sont fatigants pour leur maître, mais aussi pour l'animal qui ne comprend pas pourquoi ce dernier se fâche ou le repousse.


Les dangers du jardin

Au printemps, on jardine. Attention, certaines plantes sont toxiques pour les animaux, les chats et les lapins se laissant souvent tenter par une petite dégustation. Mieux vaut également bien ranger ses outils pour éviter les blessures. Les insecticides, pesticides et herbicides peuvent empoisonner votre compagnon à quatre pattes, privilégiez les produits naturels. Si le lapin passe ses nuits dans un enclos extérieur, son installation doit être solide, bien protégée au sol comme au dessus. Les attaques de renards, belettes, ou même de chats ne sont pas rares au printemps.

© REPORTERS


Mieux vaut prévenir que guérir

Les bons conseils de Coralie Duys, vétérinaire à Ixelles, pour prévenir au mieux ces désagréments printaniers :

  • Poursuivre le traitement anti-puce tout au long de l'année, même l'hiver.

  • Faire stériliser les animaux qui ne sont pas destinés à la reproduction.

  • Consulter un vétérinaire pour soulager au mieux son animal des allergies. Elles reviendront chaque année, seule une personne spécialisée pourra prescrire le traitement adéquat pour le soulager.

  • Traiter son chien ou son chat contre les parasites dès la fin du mois de février ou le début du mois de mars. Il ne faut pas attendre les premiers symptômes de diarrhée.

  • Habituer son lapin aux nouvelles herbes de printemps en lui en apportant quelques brins avant de le laisser courir dans le jardin.

  • Brosser plus régulièrement son animal que d'habitude dès février-mars et pourquoi pas lui donner des compléments alimentaires riches en oméga 3 et oméga 6, ou même de l'huile ISIO 4 pour favoriser la repousse.

  • Traiter les chiens contre les tiques dès le mois de mai.

  • En cas de conjonctivite ou risque de conjonctivite liée aux allergies, injecter des gouttes grasses dans les yeux de l'animal pour éviter les dépôts des petites graminées.