Le corps d'un soldat, tombé le 18 juin 1815 à Waterloo, a été découvert mardi passé sur le site où a eu lieu la bataille de Waterloo, lors d'une campagne de sondages archéologiques préventifs menée par le Service de l'Archéologie en province de Brabant wallon. Le squelette du soldat se trouve à quelques centaines de mètres derrière les lignes anglaises, à proximité du lieu où se trouvait l'infirmerie de l'armée du duc de Wellington. "D'où la forte probabilité qu'il s'agisse d'un Anglais, bien que ce ne soit pas une certitude à l'heure actuelle", explique le directeur de l'ASBL Bataille de Waterloo 1815, Yves Vander Cruysen.

"Le corps est complet et sa position indique qu'il s'agit d'une personne morte sur place qui fut rapidement recouverte de terre", précise-t-il. Les Anglais ayant évacué tous leurs morts après la bataille pour leur donner une sépulture digne de ce nom, il semble que celui-ci ait été oublié, si toutefois il s'agit bien d'un Anglais. Les morts français, par contre, sont restés sur place un certain temps et ont été pillés par les populations locales puis placés dans de grandes fosses communes et brûlés à la chaux vive. Certains de ces charniers seraient situés aux alentours de la ferme de la Haie Sainte, l'un des hauts lieux de la bataille.