Même s’il y a une part génétique dans l’hypertension, ce n’est pas le plus important. Modifier certaines habitudes peut donner des résultats si on a déjà une pression artérielle limite ou un peu haute. L’objectif ? La garder le plus longtemps possible inférieure à 140/90 mmHg, ou 135/85 mmHg si on la prend à la maison car on est souvent moins “tendu” que chez le médecin.

Voici 4 conseils valables pour tous.

1. Bouger tous les jours

 “La tension artérielle grimpe durant l’effort, mais une fois au repos, elle redescend plus bas qu’avant l’activité physique d’au moins 1 à 2 points, soit 10 à 20 mmHg”, détaille le Dr Philippe Gosse, cardiologue. Comme elle remonte au bout de quelques heures, il faut une activité quotidienne pour maintenir l’effet. “Pour que cela soit utile, il faut marcher d’un pas pressé au moins 30 minutes d’affilée sans s’arrêter.” Vélo, rameur, natation… ça marche aussi. À alterner avec du renforcement musculaire 2 fois par semaine : préférez les exercices avec petits poids ou élastiques, les cours cuisses/abdos/fessiers, au gainage en statique, qui augmente davantage la tension.

2. Traquer le sel.

En excès, il augmente la tension artérielle. Et en détruisant de bonnes bactéries intestinales, il active certains globules blancs impliqués dans l’hypertension. Le mieux : ne pas poser la salière sur la table pour éviter de resaler et acheter un sel de mer non raffiné, moins riche en chlorure de sodium et plus riche en potassium. Il faut aussi ouvrir l’œil sur l’étiquette des produits industriels. Ne consommer qu’occasionnellement ceux qui affichent plus de 1 g de sel par portion, tout comme la charcuterie et le fromage. Enfin, se méfier des sauces soja et bouillons cubes, bourrés de sel.

3. Ne pas laisser s’installer les kilos en trop

.Plus que le surpoids en tant que tel, le problème vient souvent d’une prise de poids rapide et récente qui vient déséquilibrer la tension artérielle.

4. Ne pas dépasser un verre de vin par jour

 Soit 12,5 cl de vin (ou 25 cl de bière), c’est la limite pour ne pas voir grimper la tension. Les alcools plus “forts” ne doivent pas être consommés au quotidien. Si on boit déjà plus de 2 verres/jour, plus on diminue mieux c’est.

Si vous êtes une femme.

Faire surveiller sa tension pendant la grossesse, au moins une fois par mois. C’est important car les femmes enceintes hypertendues risquent davantage de le rester ensuite.

Traiter les bouffées de chaleur. “En période de préménopause, la souplesse des artères diminue. Le pourcentage de femmes hypertendues rejoint alors celui des hommes, car elles perdent l’effet protecteur des œstrogènes,”, explique la Pr Claire Mounier-Vehier, cardiologue. À la ménopause, les bouffées de chaleur, surtout si on en fait plus de 6 par jour, augmentent le risque d’hypertension. D’où l’importance d’en parler à son médecin pour chercher à les diminuer.

Savoir reconnaître les signes d’alerte, plus fréquents chez les femmes : maux de tête, palpitations, essoufflement à l’effort, bourdonnements d’oreilles, troubles visuels et/ou de la concentration, fatigue.

Si vous êtes un homme

Emprunter le tensiomètre d’un proche. “Cela peut être un moyen de dépistage. Si la mesure est un peu haute, on la répète plus tard (3 mesures consécutives le matin et 3 le soir, 3 jours d’affilée) et si elle est toujours haute, mieux vaut prendre rendez-vous chez son généraliste,” dit le Dr Gosse.

Si un parent (ou les deux) est hypertendu : dès 35 ans, une mesure annuelle de la tension est recommandée.

Trois choses qu’on ne sait pas forcément.

1. Éviter les anti-inflammatoires non stéroïdiens (type ibuprofène…) : ils peuvent augmenter la tension chez les personnes hypertendues ou, pris au long cours, faire apparaître une hypertension. Utiliser plutôt du paracétamol.

2. Augmenter ses apports en potassium si on peine à diminuer ses apports en sel. On le trouve dans les fruits et légumes (épinards, bananes), les légumes secs (lentilles…) et les féculents (pommes de terre…).

3. Bien se couvrir : la tension est plus élevée en hiver à cause de la vasoconstriction due au froid. On évite de surchauffer son intérieur et on se couvre avant de sortir pour limiter le choc thermique.