Si on ne peut plus faire de grands apéros entre amis, heureusement, il reste les jeux d’apéro, comme les joueurs aguerris les appellent ! Ce sont ces jeux de société aux règles simples à comprendre, aux parties rapides et qui mettent une très bonne ambiance directement. Et ça fait du bien ! Le Covid ? Quel Covid ? Et si les premiers noms qui viennent sont encore et toujours le Monopoly, le Trivial Pursuit ou le Pictionary, il existe désormais des centaines de jeux qui réunissent et font naître directement une sociabilité joyeuse et intergénérationnelle, " ce sont d’ailleurs ceux-là les plus réussis qui permettent de passer les meilleurs moments ", comme l’affirme Yves Cavalier, un passionné de longue date qui fut rédacteur en chef de Plato , le magazine des jeux de société modernes.

D’ailleurs, " la grande tendance en ce moment, ce sont les jeux qui permettent de communiquer, de s’amuser plutôt que d’être dans l’affrontement ; où enfants et adultes prennent du bon temps ensemble sans s’ennuyer, des jeux d’ambiance ".

Bonne nouvelle : les jeux modernes de ces dernières années se présentent sous forme de cartes qui coûtent une dizaine d’euros. Et offrent des dizaines d’heures festives " comme avec Taco Chat Bouc Cheese Pizza ou Kikafé : tout le monde crie, hurle, recommence, c’est juste très drôle ! Just One ambiance aussi très bien pour une soirée ", souligne Yves Cavalier.

Autre excellent moyen de sortir des écrans et du climat anxiogène : foncer dans d’autres univers exotiques ou étranges, ceux que promettent les jeux de coopération style Escape Games. Et dans le genre, Unlock, un jeu français qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires, rend tout le monde accro : " On est projeté dans un vieux château, une jungle, une île sauvage selon la boîte et l’on doit résoudre une énigme à l’aide d’indices. Cela dure entre une heure et une heure trente et tu passes une soirée formidable autant à deux qu’à plus, et cela coûte 20 € environ pour trois énigmes ", reconnaît Antoine Smeyers, un autre passionné de jeux qui a réussi à transformer tout son service en amateurs éclairés de jeux de société ! " Des groupes Facebook s’échangent la dizaine de boîtes Unlock qu’on compte jusqu’à maintenant ."

Tenté ? Pour passer l’écueil de la règle du jeu, si on n’a pas un joueur confirmé dans sa famille ou parmi ses amis (celui qui a toujours une boîte de jeu sous le bras et qui explique vite et bien), on peut toujours se tourner sur Internet : de multiples capsules vidéo expliquent les règles de façon très didactique et compréhensible. Chaudement recommandé par Antoine : Ludo Chrono.

Ces jeux aux règles très simples qui donnent la pêche

Codenames. Un jeu d’association d’idées pour 2 à 8 joueurs. Le joueur est soit un maître-espion, soit un agent en mission. Il existe une boîte en duo. Environ 15 minutes la partie, à partir de 14 ans.

Dixit. Un jeu onirique qui invite à se laisser porter par son imagination et son univers personnel : on interprète des images en donnant la sienne, la meilleure gagne. Une vraie évasion.

Loup Garou pour une nuit . Une façon de jouer à ce classique à l’aide d’une appli qui permet des parties plus courtes et de faire jouer tout le monde tout du long. 13 €.

Mysterium. Un jeu d’enquête coopératif dans lequel tous les joueurs sont unis dans un même but : découvrir la vérité sur la mort du fantôme qui hante le manoir. De 2 à 7 joueurs. 35 €.

Totem. Annoté "le jeu qui fait du bien", il permet aux autres de dire ce qu’ils apprécient le plus en vous. Fous rires garantis. Environ 20 €.

Time’s Up . Le joueur doit faire deviner à son partenaire le plus de personnages possible, en une phrase, avec un seul mot puis en mime.

À partir de quatre joueurs, env. 20 €.

© D.R.

Pour une ambiance survoltée

Galerapagos . Sous-titré "Le jeu coopératif… mais pas trop !", on y forme un groupe de rescapés qui doit s’unir pour construire un radeau… Ceux qui rêvent de participer à Koh-Lanta apprécieront.

À partir de 3 joueurs. 20 €.

Time Bomb (Evolution) . Un jeu de bluff et de déduction rapide et fun où vous ressentez la tension monter tout au long de la partie. Conseil d’un joueur : il vaut mieux jouer avec un connaisseur au début. À partir de quatre joueurs. 12,50 €.

Blanc Manger Coco. 600 cartes où l’idée est de rire de tout grâce à des combinaisons de mots à l’esprit potache et qui vire souvent au cru ! Il en existe trois versions et six extensions de 200 cartes. Le jeu préféré des ados en ce moment. À partir de trois joueurs. Quinze à trente minutes la partie, à partir de 18 ans en principe. 27 €.

Exploding kittens. Un jeu qui joue sur l’amour qu’ont les gens des chats et surtout l’humour ! On revisite la roulette russe en tirant des cartes jusqu’à l’explosion. 19 €.

© D.R.

On y a joué au moins une fois dans sa vie…

Monopoly (né en 1935, six ans après le krach de 1929), Catan, Cluedo, Pictonary, Trivial Poursuit, Risk, Rummikub Chiffres (qui s’inspire du Okey turc), le Scrabble (qui fait travailler les méninges depuis 1948), le Trivial Pursuit (un jeu imaginé au Québec en 1979 où il se nommait "Quelques arpents de pièges") ou le Pictionary (dont la première édition a vu le jour en 1985).

Et voici les nouveaux classiques

Seven Wonders, un jeu publié par Repos Production, une société belge aussi à l’origine de Tim’s Up, également nouveau classique. C’est un jeu de cartes évolutif autour des Sept Merveilles du monde. On n’oublie pas Azul, un beau jeu où l’on doit assembler des carrelages de façon stratégique. Ou encore Loveletter, un jeu de cartes totalement minimaliste que l’on joue en une dizaine de minutes. Enfin notons aussi le jeu de campagne Chtulu.

© D.R.