Avant, le loup se déguisait en agneau: aujourd'hui, il se déguise en mouton.

À quoi ressemble un néonazi? Dans l'imaginaire collectif, l'amoureux des thèses hitlériennes porte des combat shoes, se revêt de cuir et de noir, a le crâne rasé et le plus souvent une mine sévère, pour ne pas dire effrayante. Les nombreux tatouages qu'ils arborent sur la nuque et les avant-bras représentent autant de symboles de l'idéologie fasciste d'Adolf Hitler.

Mais cette représentation est-elle toujours d'actualité?

Dans un rapport sorti en 2013, rapporte Libération, le portail web d’extrême droite Altermedia déclare: "Il faudrait enfin changer de priorités, et s’adresser à un plus large public. Les marches funèbres et les cérémonies en mémoire de nos héros ne nous font pas gagner de nouveaux sympathisants, tout au plus quelques nostalgiques."

Depuis quelques mois, la figure de la haine se cache à présent derrière un nouveau masque: celui de la mode. Ne pouvant avancer à visage découvert en Allemagne -où les références à la doctrine nazie sont proscrites par la loi-, le néonazisme a fait fi de ses anciens et connotés oripeaux pour adopter ceux, plus passe-partout et plus attirants, des hipsters.

Barbe, pantalon taille basse, végétalien: le néonazi n'a plus rien d'effrayant. Du moins, en apparence. Avec cette nouvelle politique vestimentaire, les néonazis allemands sont assurés de pouvoir continuer à véhiculer leurs idées et voir s'agrandir leur mouvement (aujourd'hui, on dénombre 22.000 néonazis en Allemagne). "Derrière ce nouveau concept se cache une scène néonazie s’intéressant à la mode. L’idéologie de ces jeunes gens est contre les musulmans, antisémite et raciste", résume la politologue allemande Birgit Jagusch.

"Dur dedans, cool dehors"

Ainsi, si les nipsters font, comme les hipsters, de jolis Tumblr, les leurs regorgent d'images aux relents fascisants et populistes: "Mixing the races? no more white faces", "Défends ton héritage", "I love being white", ...

© tumblr

Les nipsters ont aussi leur propre cours de cuisine végétalienne sur YouTube, mais ceux-ci se font à visages cagoulés, avec des tee-shirt sur lesquels on peut reconnaître le visage du Führer, et dont l'un des gimmicks du show consiste à répéter qu'il ne faut "rien acheter en provenance d'Israël".

© youtube

En opérant ce changement de style, l'extrême droite allemande fait d'une pierre trois coups: elle se débarrasse de son passé vestimentaire chargé, se camoufle à merveille dans la population, et séduit avec bien plus d'aisance la jeunesse allemande avec sa nouvelle cool attitude. Cela, Patrick Schröder l'a parfaitement intégré. "J'étais un skinhead dans ma jeunesse. En tant que nationaliste, j'étais persuadé de devoir m'habiller comme ça. Puis j'ai arrêté en 2002-2003, car j'ai compris que c'était totalement stupide. C'est un combat politique, pas une sous-culture", confiait-il à Vocativ il y a quelques jours.

Cet Allemand d'une trentaine d'années présente chaque semaine une émission YouTube sur sa chaîne FSN TV, sur laquelle il discute entre autres choses de politique, de séries télé et plus largement de pop-culture. Ça, c'est pour la forme. Le fond, le voici: Obama est le "président nègre de l'Amérique", les Noirs n'ont rien à faire en Allemagne car "c'est contre-nature: il y a une raison pour laquelle nous ne marchons pas sous le soleil du Ghana avec notre couleur de peau", ou encore "si le Troisième Reich était si terrible, il aurait été renversé".

© youtube

"Le futur de ce mouvement"

De temps à autre, il interrompt son show hebdomadaire -d'une durée de deux heures!- pour jouer Rechstrock, des chansons rock néonazies. Avec son show, unique en Allemagne, Schröder est devenu une figure importante et appréciée de l'extrême droite allemande, précisément parce qu'il incarne l'image du "gentil" néonazi, rapportait il y a peu Rolling Stone, qui lui a consacré un large portrait. L'homme donne de temps à temps des séminaires néonazis au cours desquels il explique à son audience comment s'habiller de manière "moins effrayante". Interrogé sur le néologisme "nipster", Schroder répondit ceci à Rolling Stone: "Si la définition du nipster est quelqu'un qui peut vivre au sein de la culture mainstream, alors je le vois comme le futur de ce mouvement."