Près d'une personne sur six qui ne buvait pas d'alcool avant le confinement en consomme désormais, ont fait savoir mercredi l'hôpital universitaire UZ Brussel et la Vrije Universiteit Brussel (VUB) au terme d'une étude sur l'influence des mesures pour lutter contre le coronavirus sur la consommation d'alcool. 

L'étude a été menée auprès de 3.632 personnes et les résultats, que Belga a pu consulter, ont été présentés mercredi dans les journaux De Morgen et De Standaard. Sur les 2.243 personnes interrogées qui boivent régulièrement de l'alcool, 341, soit 15%, ont maintenant cessé de boire. "Ce sont des gens qui ne sont pas habitués à boire chez eux et qui arrêtent maintenant parce que l'aspect social de leur vie est entre parenthèses", explique Frieda Matthys, professeur de psychiatrie à la VUB.

D'autre part, sur les 1.389 personnes qui disent n'avoir jamais bu d'alcool avant le confinement, 211 personnes, soit 15%, ont maintenant commencé à boire de l'alcool. C'est un chiffre inattendu pour les chercheurs.

Ce sont surtout les jeunes, les personnes ayant de jeunes enfants et les personnes au chômage technique qui ont une plus grande tendance à consommer de l'alcool. Le même groupe indique également que leur consommation de tabac a augmenté. Aucun changement n'a, par contre, été perceptible dans la consommation de cannabis.