Souvenez-vous, c’était il y a vingt-cinq ans… déjà ! Ces petites rondelles de carton, tous ronds et illustrés de Pogman – et autres personnages stars issus de jouets, de jeux vidéo ou de dessins animés, devenaient les stars des cours de récréation.

Vingt-cinq ans plus tard, donc The World Pog Generation, en collaboration avec Asmodee et illuGames relancent le jeu phénomène. De quoi rappeler quelques souvenirs aux Pogger des années 90, qui pourront désormais disputer des parties endiablées avec… leurs propres enfants.

Les règles du jeu sont simplissimes : chaque joueur dépose un même nombre de Pog, face contre le sol, en une seule pile. Le premier à jouer lance un Kini (une autre rondelle, mais dure et en plastique) sur la pile et tente de faire se retourner un maximum de Pog et s’en empare. C’est ensuite au joueur suivant de tenter le coup. La partie se termine quand il n’y a plus de Pog dans la pile. On l’a compris, il faut maîtriser le lancer du Kini pour mettre toutes les chances de son côté. À ces règles, s’ajoute un brin de stratégie : quels Pog jouer ? Car tous n’ont pas la même valeur. Les brillants, par exemple, sont très convoités. C’est donc l’occasion, pour les enfants, d’interagir, de négocier, de créer, pourquoi pas, de nouvelles règles, de former des équipes…

Made in Hawaï

C’est à Hawaï, dans les années 30, que le jeu a été inventé par des enfants ! Les premiers Pog étaient, en fait, des rondelles de carton que les petits trouvaient sous les capsules métalliques des bouteilles de lait. C’est la capsule qui faisait, alors, office de Kini.

Dans les années 50, la laiterie Haleakala Dairy entre dans la danse en créant des rondelles collectors afin de promouvoir sa nouvelle boisson composée de Passion Fruits, Orange, Guava : POG. Le nom est lancé.

Il faudra pourtant attendre des décennies pour que le jeu débarque dans nos cours de récréation, via une professeur venue d’Hawaï qui utilise les Pog pour apprendre l’arithmétique. Trois ans plus tard, le jeu devient véritablement viral (au point qu’il est interdit dans certaines écoles, car il provoque des disputes entre enfants) et la World Pog Federation les commercialise dans le monde entier.

Entre 1994 et1998, il s’en vendra dix milliards dans le monde et l’on estime à 100 millions le nombre d’enfants qui y auront joué (et collectionné). Aujourd’hui, les Pog sont donc de retour, avec, toujours le même héros – Pogman. Ils sont vendus en formule “starter” (8 Pog et un Kini, 7,99 €) ou en version “booster” (5 Pog, 3,99 €).

Le saviez-vous ?

  • Le Pog a des dimensions très précises définies par la Word Pog Federation. Il doit avoir une épaisseur d’1,3 millimètre. Il en faudrait 230 770 pour faire une pile de la hauteur de la Tour Eiffel.
  • Certains Pog rares se sont échangés jusqu’à 300 € entre collectionneurs.
  • Dans le jargon Pog, faire banco, c’est risquer le tout pour le tout et miser tous ses Pog dans une seule partie.
  • À l’approche de l’Euro 2021, Croky lance deux nouveaux produits en édition limitée. Dès maintenant, les Croky Red Devils Chips et les Croky Red Devils Snacks rejoignent, temporairement, l’équipe Croky. Et dans chaque paquet, découvrez un Pog à l’effigie d’un Diable.
    © D.R.