Magazine

Les clients prêts à débourser 35 euros supplémentaires pour leur ticket d'entrée à Walibi ne devront plus faire la file pour les attractions, rapportent lundi les titres Sudpresse, De Standaard et Het Nieuwsblad lundi. "Un service supplémentaire pour ceux qui veulent plus de confort", commente Walibi. Grâce au "Speedy Pass" de 35 euros, les visiteurs peuvent éviter les longues files d'attente. Ceux qui ne paient que 15 euros supplémentaires peuvent éviter quatre files d'attente. Le prix normal du ticket est fixé à 33 euros pour un adulte et à 29 euros pour un enfant. "Nous sommes le premier parc de Belgique à proposer ce genre de pass", explique Caroline Crucifix de Walibi. "C'est un petit extra que nous proposons à ceux qui détestent faire la file, à ceux qui veulent davantage de confort, ou à ceux qui veulent faire plus d'attractions sur une journée."

Cette décision est déjà vertement critiquée. "Comment expliquer à un enfant que vous devez faire une file interminable alors que d'autres gamins peuvent passer devant uniquement parce que leurs parents sont plus riches? ", demande la pédagogue Marijke Bisschop.

Philippe Courard fustige la nouvelle politique tarifaire de Walibi

Le secrétaire d'Etat aux Familles Philippe Courard (PS) se dit "choqué" par la nouvelle politique tarifaire mise en place par Walibi. "Oser proposer d'éviter les files d'attente moyennant un supplément prohibitif de 35 euros est non seulement anti-social et discriminatoire mais aussi totalement anti-pédagogique", estime-t-il dans un communiqué de presse lundi.

Le secrétaire d'Etat réagit ainsi à la décision de Walibi de proposer à ses clients d'éviter les files devant les attractions contre un ticket majoré de 35 euros. "Ce système contribue clairement à créer une société à deux vitesses, où les plus riches bénéficient d'avantages au détriment des autres", commente Philippe Courard. Le secrétaire d'Etat ajoute que le parc se profile ainsi comme "un parc d'attractions pour familles les plus riches". Philippe Courard compte interpeller le parc d'attraction lundi afin de lui demander de revoir fondamentalement sa politique tarifaire.

Walibi surprise...

La direction de Walibi se dit surprise par la sortie du secrétaire d'Etat aux Familles Philippe Courard (PS). Caroline Crucifix, la porte-parole du parc, se dit "surprise et triste" par la réaction du secrétaire d'Etat. "Nous proposons déjà ce pass depuis deux ans à la période d'Halloween et on n'a jamais eu de remarques."

La porte-parole de Walibi explique que ce pass ne sert qu'à étoffer l'offre pour ses clients: "C'est un produit que nous avons créé pour répondre à une demande. Il n'y a pas de discrimination, ça existe aussi pour les concerts ou d'autres événements, certains payent plus pour être mieux placés." Le Speedy Pass n'est pas une nouveauté en Europe, on retrouve le même système à Disneyland Paris depuis plusieurs années. "Nous sommes ouverts à la discussion, on attend le courrier. Nous n'en restons pas moins surpris par cette réaction", conclut Caroline Crucifix.

Les autres parcs d'attractions ne veulent pas du Speedy Pass

Plopsaland, Bobbejaanland ou encore Bellewaerde ne pensent pas instaurer une carte qui donne un accès prioritaire aux attractions, ont-ils fait savoir lundi après que Walibi a annoncé son intention de proposer un pass à ses clients afin d'éviter les files. "Tout le monde est sur un même pied d'égalité chez nous. Les enfants riches ne sont pas avantagés par rapport aux enfants moins favorisés", explique Steve Van den Kerkhof de Plospaland.

"Nous n'avons pas besoin d'un système de passage prioritaire chez nous", déclare Ralond Kleve de Bobbejaanland. "Nous avons un nombre assez élevés d'attractions et il n'y a donc pas de longues files d'attente." "Même si nous sommes dans le même groupe que Walibi, nous ne comptons pas mettre de Speedy Pass en place", souligne de son côté Kristof Louagie de Bellewaerde.

Caroline Crucifix, porte-parole de Walibi, est surprise des nombreuses réactions autour du Speedy Pass. "Quand nous avons lancé ce système pour la période d'Halloween il y a deux ans, ça n'a provoqué aucune réaction, et maintenant que nous l'étendons à l'ensemble de l'année, ça crée une agitation en un coup. C'est juste un service comme les autres. Si vous allez à un concert ou au théâtre, il y a aussi des prix différents que vous soyez plus ou moins près de la scène."