Magazine

Quelque 40 baleines se sont échouées sur la côte est de l'Inde. Cet échouage massif n'a laissé aucune survivante. Comment 40 spécimens peuvent, de la sorte, toucher terre et mourir en groupe?

On rapporte fréquemment les cas de baleines globicéphales (autrement dit baleines pilotes) échouées. Thierry Jauniaux, assistant au service de pathologie de l'ULg, explique que « quand une baleine globicéphale s'échoue, les autres suivent. Ce sont des animaux très sociaux, ils restent en groupe».

Les échouages massifs de baleines ne sont malheureusement pas exceptionnels et se produisent partout dans le monde, en Europe ou ailleurs. Cela peut dépendre des circonstances locales (la topographie du lieu) ou encore de l'activité humaine. On peut citer parmi les cas les plus fréquents les « accidents de navigation ». Comme le raconte Thierry Jauniaux, «les baleines se posent en groupe dans une poche d'eau à marée haute, seulement une fois que la marée descend, elles se retrouvent coincées et sont trop massives pour se mouvoir seule».

Mais comment font-elles pour se retrouver dans une poche d'eau? Thierry Jauniaux analyse qu'« en général, les baleines s'échouent sur des plages de graviers ou de sable à faible pente. Elles possèdent un sonar pour détecter les fonds marins, mais ont besoin d'un relief. C'est ce qu'on appelle la désorientation. On pourrait prendre l'exemple d'un homme qui regarde la mer à l'horizon, il ne voit pas le relief non plus».

Il arrive que des baleines soient retrouvées encore vivantes. Pour les sauver, il faut prendre en compte leurs poids mais ces tonnes ne sont pas faciles à manipuler. L'usage d'engins mécaniques facilite les opérations, mais il présente un risque de blesser les baleines. Néanmoins, dans ce cas-ci, il était déjà trop tard.