Dans une école du comté de Lancashire, au nord-est de l'Angleterre, un enfant musulman de 10 ans a été entendu le 7 décembre par la police car il avait écrit qu'il vivait dans une maison terroriste. Selon sa famille, l'enfant voulait plutôt parler d'une maison mitoyenne, confondant " a terrorist house" avec " a terraced house", une erreur compréhensible dans la langue de Shakespeare.

Mais son professeur a dû signaler ses propos aux autorités : depuis juillet, dans le cadre de la loi britannique de 2015 sur la sécurité et le terrorisme, les professeurs britanniques sont tenus d'alerter les autorités s'ils constatent un comportement "extrémiste", de la part de leurs élèves.


La police dément, l'enfant est traumatisé 

Comme l'explique la BBC , la police dément dans un communiqué qu'elle s'est basée sur une faute d'othographe pour interroger un enfant : " L'école et la police ont agi de façon responsable au regard d'un nombre suffisant de suspicions basées sur une enquête locale ." 

Cependant l'enfant est traumatisé. " Cela n'aurait jamais dû arriver, témoigne sa cousine . Il a désormais peur d'écrire et d'utiliser son imagination.

Sur les réseaux sociaux, on s'interroge : " Si l'enfant a confondu 'a terrorist house ' avec 'a terraced house ', pourquoi son professeur ne lui a-t-il pas tout simplement demandé une explication? N'est-ce pas ce que les professeurs doivent faire? "