© Shutterstock

Magazine

Seniors européens  : épanouis et heureux !

Corine Loockx

Publié le - Mis à jour le

Pour sa troisième édition, le Baromètre européen de l’Institut du Bien Vieillir Korian apporte un éclairage sur les seniors d’aujourd’hui vivant en Belgique, en France, en Allemagne et en Italie. Principaux enseignements  : les seniors européens sont heureux, profitent de leur retraite et se connectent de plus en plus aux réseaux sociaux. Analyse des résultats.

Un regard différent sur la notion de bien-être entre les plus jeunes et les seniors

Alors que la vie reste une source de plaisir pour 78% des personnes âgées de 65 ans et plus (87% en Allemagne et 70% en Italie), seuls 60% des plus jeunes (15-64 ans) pensent que c’est vrai pour leurs aînés.
Même au-delà de 80 ans, la majorité des seniors a le sentiment de ne pas avoir changé et s’estime épanouie. 73% des 65-69 ans se sentent épanouis physiquement et psychologiquement (59% des 80 ans et +) et déclarent toujours autant aimer s’amuser (58% des 80 ans et +).
Un sentiment persistant de jeunesse
62% des plus âgés ont le sentiment de faire plus jeune que leur âge, 45% d’entre eux ressentent des sentiments amoureux et 28% sont toujours dans la séduction de l’autre.
Le rapport à la jeunesse et à la séduction varie fortement d’un pays à l’autre  : 71% des Belges contre 49% des Italiens de plus de 65 ans se sentent plus jeunes que leur âge et 41% des Allemands ont encore des relations sexuelles contre 30% des Italiens ou 37% des Français ou des Belges.

Le contexte économique influe sur le bien-être

Un léger recul du bien-être apparaît dans le contexte de crise économique que vit l’Europe actuellement. 45% des 65 ans et plus arrivent à mettre de l’argent de côté dont 51% en Italie et 37% en Allemagne. Tandis que 43% des Français de plus de 65 ans ont des revenus qui leur permettent de tout juste boucler leur budget.

Les seniors connectés

Les seniors interrogés déclarent utiliser de plus en plus le digital pour gérer de façon indépendante tous les aspects de leur vie  : relations sociales, finances, administration, santé, consommation, information et culture.
- 66% d’entre eux envoient des mails au moins une fois par semaine (80% en Belgique, 72% en France, 70% en Allemagne et 43% en Italie). Le pourcentage retombe à 54 % pour les 80 ans et plus.
- 35% utilisent les réseaux sociaux au moins une fois par semaine (21% des 80 ans et +).
- 29% écoutent de la musique ou regardent des films sur internet.
Depuis le précédent baromètre publié en 2015, une progression de l’utilisation des mails et réseaux sociaux est apparue chez les plus de 80 ans (+9% pour les mails, +8% pour les réseaux sociaux...). La connexion varie beaucoup selon les pays et le niveau d’études des personnes interrogées.

© Shutterstock

Le plus bel âge de la vie  : le moment de la retraite

Les seniors ne vivent pas dans la nostalgie  : le plus bel âge de la vie pour les 65 ans et plus reste le moment de la retraite. Plus ils avancent dans la vie, plus ils repoussent la limite de l’âge auquel la vie ne procure plus de plaisir  : en moyenne 83 ans pour les seniors contre 77 ans pour les plus jeunes.

A table  !

68% des 65 ans et plus apprécient d’aller au restaurant. 72% d’entre eux aiment préparer un bon repas à la maison avec la famille ou les amis. 78% des moins de 65 ans s’imaginent que leurs aînés prennent du plaisir à leur apprendre des recettes de cuisine alors que seulement 50% des plus âgés expriment ce sentiment. Chez les 80 ans et plus, plus de 60% d’entre eux aiment organiser un bon repas, se préparer des petits plats, aller au restaurant, choisir leurs menus. La table reste donc une source de plaisir pour les seniors.

Une appartenance forte à la société opposée au sentiment

de solitude 91% des seniors gardent le sentiment d’être des citoyens à part entière. Cependant le sentiment de «  se sentir très seul  » reste prégnant chez les plus âgés et notamment en Italie (plus d’un senior sur quatre). 40% des 65-69 ans souffrent de moments de solitude (57% des 80 ans et +). 84% des seniors comptent sur le soutien de leur conjoint, 79% de leurs enfants, 63% de leurs amis, 57% des petits-enfants...

Bien vivre chez soi

Lors du baromètre de 2015, le principal souhait des seniors était de continuer à vivre le plus longtemps possible chez eux. La volonté reste, en 2016, toujours aussi forte.
Les seniors sont très majoritairement attachés à leur logement (seuls 10% n’y sont pas attachés). Les Italiens sont les plus casaniers (94%) contre les Français (90%). Les plus jeunes ont à peu près la même vision.
Les composantes du logement (hygiène, facilité de déplacement à l’intérieur, accessibilité, capacité à recevoir, sécurité, adaptation à la situation de chacun - santé/mobilité/autonomie) sont autant d’éléments essentiels pour définir le plaisir de vivre «  chez soi  ». 92% des 65 ans et plus considèrent que leur logement est parfaitement adapté à leur situation contre 68% seulement des plus jeunes qui ont un regard plus critique à ce sujet.
Pour les 65 ans et plus, les critères d’attachement au logement sont liés à la liberté de vivre selon ses habitudes et sa routine (88%), en toute liberté et en toute sécurité (88%). 79% privilégient la proximité de leur famille ou de leurs proches et seuls 66% attachent de l’importance aux souvenirs et à la mémoire que leur habitat leur inspire. Le regard porté par les plus jeunes est surestimé sur cette question  : 94% d’entre eux pensent que l’attachement au lieu de vie est lié aux souvenirs et à la mémoire.
Les seniors sont très attachés à la présence de leur animal de compagnie à leur côté, y compris chez les 80 ans et plus. Quatre seniors sur dix possèdent au moins un animal de compagnie. Cet élément est essentiel pour 90% d’entre eux.
Seulement 37% des personnes âgées de plus de 65 ans ont déjà commencé à anticiper les aménagements qu’il serait nécessaire de réaliser en cas de dépendance. 65% des Belges souhaitent rester chez eux en adaptant leur logement. Près d’un senior sur quatre a néanmoins le sentiment qu’il devrait changer de logement parce qu’il n’est plus adapté et 63% des seniors estiment qu’il existe au moins une raison objective qui pourrait les convaincre à changer de logement.
En cas de perte d’autonomie, près d’un senior sur deux pense qu’aller vivre chez un proche n’est pas concevable et seuls 37% d’entre eux considèrent qu’aller vivre en maison de retraite est une solution inenvisageable.
40% des seniors emporteraient leurs papiers administratifs avec eux s’ils devaient changer de logement, signe fort de leur autonomie, 39% prendraient leur ordinateur ou tablette et 35% leurs photos de famille.
Chez soi, la liberté de vivre à son propre rythme, de s’isoler ou de communiquer est primordiale chez les seniors ainsi que la proximité des proches pour les plus de 80 ans. Les critères les plus importants pour se sentir chez soi ailleurs relèvent d’un état d’esprit plus que du lieu en lui-même.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci