Fin juin, le 500e condamné à mort a été exécuté au Texas. Il s'agissait de Kimberley McCarthy, une femme afro-américaine qui avait tué une vieille dame blanche qu'elle avait cambriolée. Son cas a été largement mis en exergue et commenté par la presse car il illustre la sur-représentation aux Etats-Unis des minorités raciales dans le couloir de la mort.


"Les Noirs ont tendance à être davantage condamnés à mort et donc exécutés", a expliqué Richard Dieter, directeur du Centre d'information sur la peine capitale, qui recense les exécutions et en tire des statistiques depuis le rétablissement de la peine de mort aux Etats-Unis en 1976.


Au même moment, le 27 juin, le département de la justice pénale du Texas a mis en ligne l'intégralité des dernières déclarations des condamnés juste avant leur exécution. Entre repentirs, excuses et réprobations, ces quelques mots sont généralement touchants, voire surprenants. 




Le site HuffingtonPost a traduit certaines de ces déclarations, dont LaLibre.be vous publie les extraits suivants :


"Que soient bénis ceux qui sont en deuil car ils seront réconfortés. C'est terminé." (Larry Davis, exécuté le 31 juillet 2008)


"Seuls le ciel et l'herbe verte sont éternels, et aujourd'hui est une belle journée pour mourir." (David Martinez, exécuté le 28 juillet 2005)


"Je mérite ce qu'il m'arrive. Dites à tout le monde que je leur ai dit au revoir." (Charles William Bass, exécuté le 12 avril 1986)


"J'espère que cela permettra à Mme Howard de trouver la paix." (James Emery Paster, exécuté le 20 septembre 1989)


"La seule chose que j'ai à dire est qu'aucune affaire passée devant les tribunaux n'est exempte de toute erreur. Voilà mes mots. Aucune affaire n'est exempte de toute erreur. Vous pouvez y aller gardien." (Dale Devon Scheanette, exécuté le 10 février 2009)


"Je t'aime maman. Au revoir." (Jeffery Motley, exécuté le 7 février 1995)


"Vous m'avez tous amené là pour que je sois exécuté, pas pour que je fasse un discours." (Charlie Livingston, exécuté le 21 novembre 1997)


"J'avais quelque chose à dire mais maintenant que je vois ma famille ici je veux seulement dire que je vous aime tous. Je suis innocent. Je vous aime tous si fort. Vous êtes magnifiques. C'est bon, gardien, j'ai fini." (Richard Duncan, exécuté le 3 décembre 2003)


"Rebecca, je comprends que tu aies attendu ce jour. Tu as ce que tu voulais maintenant. Je n'ai pas tué ta mère. Les deux mecs qui travaillaient pour moi l'ont tuée et ils courent toujours. Si M. McDougal avait autorisé les tests ADN, je serais exonéré. [...] S'il y a une justice, utilisez cela pour éviter à des gens d'en arriver là où j'en suis. Gardien, ceci est un meurtre tout comme cela a été le cas pour la mère de Rebecca. Renvoyez-moi d'où je viens." (Richard Kutzner, exécuté le 7 août 2002)


"Je suis désolé de ce que j'ai fait à ta mère. Je ne dis pas ça parce que je vais mourir. J'ai été enfermé toute ma vie et je n'ai jamais pu me pardonner ce que j'avais fait. Je suis désolé pour vous tous. Je vous aime tous. Merci de m'avoir soutenu. Je vous remercie d'avoir été gentils avec moi quand j'étais petit. Merci Dieu. C'est bon." (Joseph John Cannon, exécuté le 22 avril 1998)


"Je vous pardonne tous. J'espère que Dieu aussi vous pardonnera tous." (Billy C. Gardner, exécuté le 16 février 1995)


"À ma famille, je vous aime. Je vous en prie, ne pleurez ni ma vie, ni ma mort. Continuez de vivre comme je veux que vous viviez. Je n'éprouve aucune amertume envers qui que ce soit. Pensez seulement à la lumière. Je vais laisser cette lumière briller. Laissez la briller. Laissez la lumière briller." (Tyrone Leroy Fuller, exécuté le 7 juillet 1997)


"Adieu." (Alvin Goodwin, exécuté le 18 janvier 2001)