Magazine

En cette semaine de Toussaint, LaLibre.be vous propose la série "rencontre inattendue dans les cimetières". Le Parisien André Chabot, spécialiste des cimetières et de l'art funéraire, décrit chaque jour un fait qui l'a marqué dans l'une des nécropoles du monde. Ce lundi, ce "promeneur nécropolitain" nous emmène à Riga, capitale de la Lettonie.

"Sur les tombes, la présence de l’éléphant met l’accent sur l’éveil à la connaissance et sur son rôle d’instrument de l’action et de la bénédiction du ciel. Mais le monument funéraire peut oublier la symbolique de l’animal, support du monde, force, sagesse, longévité et attribut de la puissance royale -notamment dans la nécropole asiatique où sa présence est récurrente- pour faire du pachyderme le témoin d’un métier ou d’une passion.

Ainsi dans le cimetière de Meza Kapi, à Riga, capitale de la Lettonie, une extraordinaire rencontre avec des gens du cirque nous conduisit à une pacifique chasse à l’éléphant. Au centre d’une clairière ouverte dans cette petite jungle, nous découvrons un monument unique, une tête d’éléphant de pierre, à son échelle, éléphantesque, accompagnée de son dresseur, à son échelle, humaine. La défense est inoffensive, la trompe repose nonchalamment sur le sol et l’œil est quasiment vigilant. Quant au dresseur, il est jeune, beau, athlétique à souhait.

La sculpture impressionna tant la municipalité de Riga qu’elle voulut la conserver pour en faire l’ornement d’une place publique. La famille, à juste titre, refusa et l’animal orne définitivement, et avec grâce, la tombe de son maître."

Photo : André Chabot


Ce mardi, André Chabot nous fait voyager à Cuba !