La folie des grandeurs

Tout dans l’accessoire joue les extrêmes ; la mode s’affiche avec ostentation, ose des dimensions imposantes, explose de coloris pétillants, adopte les logos en technicolor, se pare d’imprimés inspirés de la nature ou de la géométrie. Pour une folie des grandeurs très affichée ou une nouvelle forme de mégalomanie galopante ?

La folie des grandeurs
©© www.projectopress.com
Claude Muyls

Tout dans l’accessoire joue les extrêmes ; la mode s’affiche avec ostentation, ose des dimensions imposantes, explose de coloris pétillants, adopte les logos en technicolor, se pare d’imprimés inspirés de la nature ou de la géométrie. Pour une folie des grandeurs très affichée ou une nouvelle forme de mégalomanie galopante ? Il s’agit de ne pas passer inaperçue avec son réticule tenu du bout des doigts gantés de long, ou avec son sac « shopping », cabas et autre besace. Le « must » : glisser l’un dans l’autre.

En contraste avec une silhouette à la carrure inspirée de l’après-guerre, la taille se fait de guêpe, ceinturée dans de véritables corsets à porter en apnée. Magistral chez Alexander McQueen avec ses modèles en plexi coloris chair ; plus souple, en cuir, chez Alessandro Dell’ Aqua. Il rappelle que la mode reste un éternel recommencement dont la femme demeure l’esclave consentante. Si elle le veut bien !