La mégalomanie de la griffe ?

On ne voit que lui sur les podiums… L’accessoire souverain conquiert massivement de nouveaux marchés et publics cibles, comme label ultime et accessible de reconnaissance à une griffe. Il habille, cet été, la femme de haut en bas. Revue de détails.

La mégalomanie de la griffe ?
©www.projectopress.com
Claude Muyls – © www.projectopress.com

Comment paramétrer une silhouette idéale aux yeux de nos créateurs ? En tête, les bérets, turbans à l’indienne – le marché des nouveaux millionnaires ! – ou façon touareg, les casquettes et longs foulards noués pour les estivales. Facile en cas de chevelure décoiffée. Le plus tendance ? Le béret signé Dior à perforations serties dans un anneau d’argent, accompagné d’une paire de lunettes solaires obligatoirement imposantes, devenues l’un des segments de vente les plus importants. Le cou et le décolleté, souvent plongeant, s’habillent de longs sautoirs ou de bijoux ornementaux, réalisés dans des matières insolites voire ethniques ; les bras s’entrechoquent de bracelets superposés.