Objet de désir

Point phare de cette allure : la chaussure se transforme en œuvre d’art, parfois importable. Les pieds se sanglent dans des sandales très haut nichées à 12 centimètres, véritables bijoux à sortir sur les tapis rouges. Le talon se sculpte à l’envi, se courbe, se dédouble à la japonaise, se creuse, devient bobine ; certains entravant la marche alerte.

Objet de désir
©© www.projectopress.com
Claude Muyls

Point phare de cette allure : la chaussure se transforme en œuvre d’art, parfois importable. Les pieds se sanglent dans des sandales très haut nichées à 12 centimètres, véritables bijoux à sortir sur les tapis rouges. Le talon se sculpte à l’envi, se courbe, se dédouble à la japonaise, se creuse, devient bobine ; certains entravant la marche alerte. Les jours pluvieux, le bottillon sort, resserré aux chevilles, s’autorisant des performations et bouts ouverts. En contrepoids, la botte cavalière revient très luxueuse, en python ou croco ; les spartiates renouent avec le succès et s’imposent même sur talon aiguille. Ultime confort : la tong urbaine garde la cote. Certains stylistes pensent aux femmes qui bougent !