Si, si ! La mode réfléchit

A chroniquer les grands défilés des cités impérialistes en matière de mode, on avait eu l'impression que le milieu du stylisme n'avait que faire des problématiques liées à la globalisation de la planète.

Si, si ! La mode réfléchit
©D.R.
Aurore Vaucelle

A chroniquer les grands défilés des cités impérialistes en matière de mode, on avait eu l'impression que le milieu du stylisme n'avait que faire des problématiques liées à la globalisation de la planète. Et pourtant ce milieu de la haute confection textile, plus que d'autres peut-être, contribue, sans que cela ne nous soit inconnu d'ailleurs, à la délocalisation massive dès qu'il s'agit de fabrication de produits de mode. A cela, il faut ajouter l'utilisation de matières premières - textiles essentiellement - dont la production intensive à plus faible coût est polluante (celle du coton surtout). Si jamais la maxime des fashionistas en puissance "dis-moi ce que tu portes, je te dirai qui tu es" sonne juste, alors que sommes-nous tous ? Car si la mode équitable commence à avoir le vent en poupe, on est loin d'avoir sensibilisé le grand public au potentiel de la mode éthique.

C'est tout l'intérêt que revêt l'entreprise conjointe des boutiques "Tout l'or du monde" et "Ethicstore" : l'enseigne équitable bruxelloise se met au service de l'interface de vente afin de promouvoir sa "mode éthique" (et sympathique) : une bonne manière de communiquer auprès du public et outrepasser les clichés liés au commerce équitable. Il n'est pas question ici de vêtements en toile de bure ou laine de lama. Benjamin Minard, initiateur du projet, défend un principe de vente conforme à ses valeurs sociales et environnementales, certes, mais c'est bien de vêtements tendance dont il s'agit. Et des marques aux styles affirmés. On appréciera les tee-shirts de "Monsieur Poulet", à la fois drôles et poétiques, ou les modèles de cette griffe corse, "Machja", qui met en avant une ligne vestimentaire axée sur la séduction.

Cet élan éthique en matière de chiffons est toutefois peu répercuté en Belgique - l'on trouve seulement quelques boutiques en Flandre - quand la Grande-Bretagne a, elle, déjà saisi la balle au bond. Pour exemple, le créateur pluridisciplinaire Adam Love a récemment créé les premières collections et l'identité d'une marque de vêtements équitables "Article 23". A suivre. A Paris enfin en octobre prochain, on pourra assister à la quatrième édition de l'Ethical Fashion Show, avec plus 90 créateurs en présentation. De quoi rendre compatible sa garde-robe avec des problématiques existentielles...

"Tout l'or du monde", 4 rue Plattesteen, 1000 Bruxelles. Entrée libre, samedi de 10h30 à 17h.