Le futur de la mode, selon le créateur Anrealage

Fashion Week, jour un. Parmi les petits nouveaux, celui qui montre le futur, Anrealage.

Aurore Vaucelle & Johanna de Tessières
Le futur de la mode, selon le créateur Anrealage
©Johanna de Tessières

Kunihiko Morigana est-il celui qui nous montre l’avenir ? Et pas seulement l’automne-hiver 2015-2016, entendons-nous, mais bien une vision de ce que la mode va devenir dans les décennies à venir.


Le jeune créateur japonais a créé sa marque en 2005, après avoir remporté le prestigieux grand prix of the New York Gen Art Competition destiné aux jeunes créateurs. Dans la continuité, il a beaucoup montré son travail dans son pays d’origine. Mais, depuis l’an dernier, la marque Anrealage est passée par Paris et a – forcément – pris du galon. Premier défilé au calendrier officiel du prêt-à-porter parisien en septembre dernier, exposition chez “L’Eclaireur”, un concept-store parisien qui voit l’avenir de manière prophétique, et puis le show d’hier mardi.



Mais d’abord c’est quoi ce nom ? Anrealage : un mot-valise qui englobe “real” (réel), “unreal” (irréel) et “age” (époque). Autant dire que le jeune Morigana a un pied dans le passé et l’autre dans l’avenir et tente de traduire à travers ses créations/inventions une réponse à la question du temps. Ses collections sont d’ailleurs formellement très classiques, (jupes à plis creux, tailleurs) mais cousues d’une technologie extrêmement avancée.

A la saison passée, il avait montré une collection qui changeait de couleurs en fonction du rapport à la lumière. Chez “L’Eclaireur” (photo ci-dessous) on avait pu voir de près des habits qui mutent en fonction du corps du porteur de vêtement, qui se distendent ou s’élargissent à la demande. Drôle et pratique à la fois cette mode adaptée à tous les corps humains possibles et imaginables, car après tout on ne sait pas vraiment quelle sera la silhouette de l’homme du futur. Et vous-même, allez-vous parvenir à faire ce régime qui vous obsède?

Le futur de la mode, selon le créateur Anrealage
©Johanna de Tessières

En septembre dernier “chez L’Eclaireur”, rue de Sévigné à Paris, on découvrait les vêtements à “multimorphologies” de Anrealage.


Anrealage, révélation du mardi

Mais aujourd’hui, c’était donc sur le quai Malaquais (“Sur le quai, le quai Malaquais”, comme dit la chanson de Daniel Prévost) qu’il fallait faire la file pour entrer voir son défilé. Un défilé où tout le monde était concentré – ce qui est rare. Un show interloquant, la preuve : le public des professionnels scrutait avec curiosité sans avoir l’air blasé. Il faut dire que l’idée est belle. Anrealage propose de poser un nouveau regard sur les choses. Ses pièces de vêtements sont sobres, les formes pleines, belles, bien balancées, mais elles recèlent un secret. Lorsque le vêtement passe à travers un rayon ultraviolet, il dévoile tout un motif riche et varié. Du liberty à fleurettes, de l’écossais, des pois amusants font leur apparition. Devant nous, glissent des jeunes femmes sombres qui ont l’air de marcher sur le monde (il y a cette petite sphère à la base de leur talon, comme si elles étaient des géants d’une autre dimension). Lentement, elles passent de l’ombre à la lumière – violette –, du noir au chamarré. On a cette sensation que chacun connaît, quand on fouille dans un grenier à la recherche d’un trésor et que, sous la lampe, se révèle la pépite oubliée. Les jeunes femmes peintes en noir et casquées (un peu comme Calimero mais en nettement moins malheureux et grimaçant) avancent lentement tandis que la lumière mauve les poursuit révélant les facettes subtiles et sublimes des étoffes qui les parent.

Le futur de la mode, selon le créateur Anrealage
©Johanna de Tessières



Cela nous rappelle à un autre travail d'Anrealage, qu’on avait vu à Rotterdam en octobre dernier, dans le cadre de l’expo justement intitulée “The future of Fashion”. Il y proposait des vêtements phosphorescents et quadrillés, uniformes pour les citoyens du futur, qui vivraient ainsi autant le jour que la nuit. Anrealage n’invente pas seulement des vêtements technologiques en geek, il imagine déjà que, dans un futur (proche ou lointain d’ailleurs, ce n’est pas le plus important), notre rapport au monde sera changé. Qu’il n’y aura peut-être plus seulement le jour et la nuit, mais un monde infini de possibilités… En attendant que le monde change totalement, cette collection à l’esprit magique sera vendue avec une broche qui diffuse des rayons ultraviolets, et ainsi l’imprimé poétique apparaîtra dans l’ombre du vêtement, histoire de faire toute la lumière…