Unica, les robes sur mesure 2.0 de Carine Lauwers

Nous lançons une série sur les nouvelles propositions qui réinventent l'expérience d'achat*. Aujourd'hui, rendez-vous avec la créatrice bruxelloise Carine Lauwers qui lance Unica, un concept qui permet de s'offrir une robe sur mesure en trois jours à prix très abordable. On adore l'idée et le résultat.

E.W.

Nous lançons une série sur les nouvelles propositions qui réinventent l'expérience d'achat*. Aujourd'hui, rendez-vous avec la créatrice bruxelloise Carine Lauwers qui lance Unica, un concept qui permet de s'offrir une robe sur mesure en trois jours à prix très abordable. On adore l'idée et le résultat.


Au bout de la rue Dansaert, juste avant le canal à droite.

Une petite rue calme. C'est là que Carine Lauwers a installé son atelier de couture-boutique depuis des années.

Cette créatrice a toujours aimé le contact avec sa clientèle. Alors, en plus de quelques pièces choisies en tricot, en maille, des écharpes, des manchettes, elle s'est spécialisée dans les robes de mariée et les tenues de fête. Mais bien loin du genre robe longue meringuée, bustier bonbon et boléro dragées !

Et de toute façon, ça, c'était avant. Avant que Carine Lauwers ne lance son projet qu'elle a peaufiné pendant deux ans : Unica. 

Unica, c'est la possibilité d'avoir une robe unique, dans le tissu choisi (qui ne sera jamais plus proposé à quelqu'un d'autre), avec les détails voulus par nous et la forme souhaitée. Du sur-mesure que l'on reçoit trois jours après (pour un modèle simple) après un seul rendez-vous d'environ 30 minutes avec la styliste. Pour un prix de départ de 190 euros... Pas mal non ?


La forme de base "parfaite"

Unica, les robes sur mesure 2.0 de Carine Lauwers
©Unica


Carine Lauwers qui a vu passer beaucoup de femmes et de morphologies différentes dans son atelier a cherché longtemps le modèle qui seyait le mieux à tout le monde. Et finalement, c'est une robe en A aux formes parfaites qui est sortie de son expérience. Elle en a fait 5 patrons et 5 modèles en tissu noir (du 38 au 44 environ). « j'ai mis deux ans à dessiner exactement ce modèle de base »

Les clientes essayent la taille qui leur convient le mieux approximativement : « Beaucoup sont contentes car on ne rentre plus dans l'intimité de la taille, je ne mesure pas leurs formes et souvent, comme le modèle est grand, je dois l'ajuster... ça fait plaisir »


Une robe unique qui porte une signature discrète

Carine note le prénom sur une feuille reprenant la forme première de la robe et toutes les mesures pour rétrécir, rallonger, ajuster la taille ou non, élargir ou fermer davantage le col, les emmanchures, ...

Ensuite, on peut rajouter des poches, des coutures apparentes, des manches, passer une ceinture. On peut aussi l'imaginer en cuir, en tricot, en gabardine de coton, tweed, voile, jersey de soie avec une sur-robe, en tissu rebrodé, reversible, avec des manches aussi, des boutons sur le devant, une manche plus fine que l'autre ... Il n'y a rien qui ne puisse être fait par la couturière ! Vous venez avec vos idées et/ou Carine vous guide aussi pour mieux cerner vos envies.

Sur des portants, Carine Lauwers a installé de nombreux métrages de tissus. On n'a plus qu'à choisir celui que l'on préfère, imprimé, uni, noir, brodé, à carreaux. Mais l'on peut aussi venir avec une idée d'un imprimé, d'une matière spécifique et la styliste passe commande. C'est juste plus long... Outre son savoir-faire, sa seule touche perso consiste en la signature de la robe : un petit morceau de ruban rouge en haut de la robe, qui forme un U : le U de Unica et le C de Carine.

« Je voulais réintroduire le contact du sur mesure mais en le simplifiant le plus possible pour que personne ne perde de temps et que cela reste abordable ». Mission accomplie.

Rens. : www.unicabrussels.com







* Nous lançons une série sur les nouvelles propositions qui réinventent l'expérience d'achat. Aujourd'hui, tout va plus vite, le web est partout et en quelques clics, on peut satisfaire une envie shopping. Et puis, on peut trouver les dernières tendances mode pour 5 euros ou à l'inverse se faire le plaisir luxe qui va grever le budget de l'année...
Mais l'on a aussi envie de vrai, de beau. Les trend-watchers ne disent pas autrement, année après année en constatant un retour croissant à l'authentique, la recherche des petits bonheurs immédiatement accessibles mais aussi des comportements de « jouisseurs » qui aiment les belles marques, les beaux objets, les histoires humaines ou encore à la prise en compte d'un comportement éthique dans les achats par exemple. C'est la constatation argumentée de Marian Salzmann chasseuse de tendances et PDG d'HAVAS PR aux Etats-Unis.
On a sélectionné des initiatives d'artisans de la mode plutôt que des faiseurs de mode. Des créateurs qui travaillent avec leur main, des marques qui travaillent dans le luxe en le rendant accessibles et tous ces rendez-vous, ces propositions, ces boutiques qui proposent une autre expérience d'achat/de shopping/ de consommation. Des mots si galvaudés aujourd'hui ! On commence avec la couturière Carine Lauwers qui propose une nouvelle manière simple, ludique et accessible d'accéder au sur-mesure

Sur le même sujet