Appropriation culturelle : la mode cherche le bon motif

Une cape imitant des symboles mexicains, un défilé de mannequins blanches coiffées de dreadlocks… Les marques de vêtements, comme Isabel Marant en novembre, sont souvent accusées de tirer profit d’éléments du folklore traditionnel.

Appropriation culturelle : la mode cherche le bon motif
©AFP
Balla Fofana pour Libération
Novembre a été marqué par une interpellation qui fera date. La ministre mexicaine de la Culture, Alejandra Frausto, reproche à la créatrice de mode française Isabel Marant d’exploiter commercialement différents motifs traditionnels de peuples indigènes mexicains dans sa dernière collection. En cause, une cape (vendue 490 euros) imitant la géométrie de vêtements de la population purépecha. "Je vous demande, madame Isabel Marant, d’expliquer publiquement sur quels fondements vous privatisez un bien collectif, en utilisant des éléments culturels dont l’origine est pleinement documentée."...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité