Dior, des déesses et des femmes

La haute couture a lieu masquée mais le défilé en présentiel cherche le retour au réel.

Aurore Vaucelle, envoyée spéciale à Paris
À Paris, on dirait que la mode cherche à reproduire le monde d’avant. Les défilés digitaux se font rares, et chez Dior, même si on a espacé les places assises, on n’a pas spécialement réduit le parterre d’invités. La couture est aussi le moment où les maisons de mode invitent au plus près leurs acheteuses enthousiastes, les fidèles de la maison....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité