Marta Ortega, la tête sur-mesure de Zara

À 38 ans, elle est chargée de piloter le groupe gigantesque fondé par son père à un moment clé pour son avenir.

AFP
Au centre, Marta Ortega
Au centre, Marta Ortega ©AFP

Le géant espagnol du prêt-à-porter Inditex, maison-mère de l’empire Zara, a ouvert vendredi un nouveau chapitre de son histoire avec l’arrivée à sa tête de Marta Ortega, 38 ans, chargée de piloter le groupe fondé par son père à un moment clé pour son avenir. Pas de cérémonie ni de conférence de presse : la fille du multimilliardaire Amancio Ortega, décrite comme discrète et réservée, a pris les rênes du leader mondial du textile sans tambour ni trompette, conformément à son souhait. On parle en effet ici d’un groupe fort de 6 500 boutiques et 174 000 salariés.

Marta Ortega était pressentie depuis plusieurs années pour succéder à son père. Mais ce n’est qu’à l’automne que sa nomination a été officialisée, dans le cadre d’une réorganisation orchestrée par Amancio Ortega en personne.

Née le 10 janvier 1984 de l’union entre le milliardaire et sa deuxième épouse Flora Perez, Marta Ortega a grandi à La Corogne, ville de Galice située à la pointe ouest de l’Espagne, avec sa demi-sœur Sandra et son demi-frère Marcos.

Diplômée de l'European Business School de Londres, elle a fait ses premiers pas dans le groupe familial dans une boutique Zara de la capitale britannique, comme vendeuse, après avoir fréquenté un prestigieux lycée privé en Suisse. D'après le journal espagnol El Pais, la jeune femme avait à l'époque tenu son identité secrète. Mais une montre Rolex à son poignet aurait mis la puce à l'oreille de ses collègues.

Quelles orientations donnera-t-elle au géant mondial du textile ? À l'automne, sa nomination avait inquiété les milieux d'affaires et entraîné une chute du cours d'Inditex en Bourse. Depuis, les craintes semblent s'être estompées. Marta Ortega, qui n'a jamais occupé de poste exécutif dans Inditex, "a été bien préparée" et sera "bien entourée", assure ainsi Alfred Vernis, professeur de stratégie à l'école de commerce Esade et ancien cadre du groupe espagnol. La présidente du groupe sera épaulée notamment par Oscar García Maceiras, ancien du géant bancaire Santander, aujourd'hui directeur général du groupe textile. "C'est lui qui prendra les décisions exécutives", souligne M. Vernis.