La marque Orta lance une révolution dans le textile avec une viscose 100% non polluante et européenne

La marque belge Orta va révolutionner la production polluante de cette fibre très utilisée dans le secteur.

E.W.
La marque Orta lance une révolution dans le textile avec une viscose 100% non polluante et européenne

Orta, c'est une marque de mode bruxelloise qui propose des collections de vêtements fraîches et dans l'air du temps qui plaisent de plus en plus : entre 2017, date de création, et 2021, le chiffre d'affaires a augmenté de 153 % ! Une success story belge "grâce à une identité très forte et sincère, un eshop efficace, une expérience clients idéale et la qualité des produits pour des prix abordables", selon le fondateur, Gauthier Prouvost ? Oui, notamment mais Orta, c'est bien loin de n'être que ça. D'abord, pas de boutique pour ne pas augmenter le coût des produits mais un e-shop donc et quelques pop-ups en Belgique et en France, de temps à autre. Et surtout la volonté de participer à un changement profond et systémique de l'industrie de la mode : il y a un an et demi, Orta s'est lancé dans un projet fou. Celui de créer une viscose 100 % européenne. "C'est-à-dire que de la création de la matière première à la sortie du vêtement fini, chez Orta, on a créé un produit réellement made in Europe." De multiples petites marques se revendiquent pourtant d'une conception 100 % européenne, s'interroge-t-on… "Bien sûr mais ils ne peuvent pas contrôler ce qui se passe avant, la production de la matière première, la stabilisation de la fibre… Ici, c'est une première mondiale : avec Orta La Suite, nous maîtrisons l'ensemble de la chaîne de production de la viscose depuis le bois en Autriche jusqu'au produit fini et stocké", argumente Gauthier Prouvost.

Ce défi, il se l'est lancé depuis son lit d'hôpital. Atteint d'une leucémie, "avec une chance sur deux de s'en sortir", l'entrepreneur textile a voulu "une véritable action au sein du secteur pour l'environnement et une action géopolitique pour l'Europe".

Pourquoi la viscose, qui a pourtant une assez mauvaise réputation ? Parce qu’elle est fabriquée à partir du bois, de la cellulose de bois pour être précis. Une matière totalement naturelle qui a tout pour être neutre pour l’environnement. Le problème, c’est qu’elle provient dans son immense majorité de Chine, d’Inde et du Pakistan. Une industrie qui a un recours massif aux solvants et qui est très gourmande en eau. Une eau rarement bien recyclée. Résultat, une pollution massive même pour la matière premium et globalement une qualité peu convaincante.

Avec les équipes d'Orta, les fondateurs ont travaillé un an et demi pour remonter les sources européennes, retrouver le savoir-faire en la matière : "C'est simple, l'eau à la sortie de l'entreprise autrichienne qui fabrique la pâte à bois est potable !" Et voici que depuis ce 6 avril, elle a lancé sa première collection Orta La Suite née de cette ligne de production 100 % européenne, la première au monde. "D'ici 2025, on va s'attaquer à la production du denim, du coton et du lin, du cuir et de la laine. 60 % de la production Orta sera 100 % européenne à partir de la matière première."

Un standard de production dont Orta bénéficiera pendant 6 mois. Ensuite ? "On veut faire de l'open source pour créer un changement systémique et proposer cela aux autres acteurs de la mode. À quoi cela sert d'être seul, il faut révolutionner tout ça. Et nous en avons les moyens en Europe : on y trouve la meilleure qualité, la meilleure couverture sociale et une approche durable de l'environnement", conclut l'entrepreneur. Et le résultat s'affiche sur les vêtements : la viscose d'Orta ressemble vraiment à de la soie, douce, fluide, agréable à porter. Pour des vêtements entre 59 et 150 €.