Coup d'oeil sur ces jeunes Belges qui vont marquer la Semaine de la mode à Paris

Mode & Beauté

E.W.

Publié le - Mis à jour le

Coup d'oeil sur ces jeunes Belges qui vont marquer la Semaine de la mode à Paris
© Laetitia Bica pour a.Knackfuss

Demain sera un jour important pour les cinq créateurs belges qui participent à la Semaine de la Mode parisienne grâce au Showroom[Les Belges]. Mise en lumière et aura internationale au programme.


C'est désormais un rituel : durant la semaine de la mode de septembre et de février/mars à Paris, l'agence WBDM (Wallonie-Bruxelles Design Mode*) propose à 5 jeunes créateurs belges d'être présents dans un showroom unique ouvert aux leaders d'opinion et aux acheteurs durant ces quelques jours tellement importants sur la planète fashion.

Mais en plus de cette exposition médiatique et professionnelle, l'intérêt de ce Showroom[Les Belges] est d'épauler les sélectionnés pour les aider à grandir. "Et c'est pour ça aussi que l'on ne propose pas chaque année à 5 nouveaux créateurs de s'exposer, cela va plus loin que ça, nous les suivons véritablement jusqu'à ce qu'ils n'en aient plus besoin", explique Dominique Lefebvre du WBDM et dingue de mode. Accompagnées pendant quelques années les Filles à Papa ou encore Krjst ont pu prendre leur envol grâce à leurs talents et leur habileté mais également grâce à leur présence dans ce showroom.

Ce club des 5 reçoit le soutien du showroom No Season à Paris - spécialisé dans la vente de jeunes marques et créateurs - qui remplit le rôle d’agent commercial pour les stylistes, tandis que l’agence de presse parisienne Outlevel, en collaboration avec IPR à Londres, leur donne une meilleure visibilité.

Ils reçoivent aussi l'aide de Philippe Pourashemi, spécialiste de la mode, consultant en stratégie de marque et développement de ventes. Il les suit pour améliorer leur offre ainsi que leur positionnement.

Un coup de pouce et une mise en lumière précieux pour ces jeunes stylistes dont on entend parler régulièrement et de plus en plus. Cette année, a.Knackfuss, SuperPieceofChic, Gioia Seghers déjà présents en 2014 mais également Léo et Emmanuelle Lebas seront donc à Paris à partir de demain et jusqu'au 11 mars.


a.Knackfuss

Elle réinterprète le sportswear à l'aune des lignes épurées des années 30 et de l'Art déco. La ligne a.KNACKFUSS est née en 2011 et déjà, elle est vendue dans le monde entier : ses collections originales qui travaillent le cuir végétal ou le néoprène se font un nom apprécié dans les boutiques et chez les fashionistas pointues.

>> Pour sa nouvelle collection d’hiver, Alice Knackfuss traite avec ironie les symboles consuméristes d’une société capitaliste , influencée par le travail du peintre et photographe allemand Sigmar Polke. Jeu de longueur et de proportions, manteaux enveloppants et robes confortables et des couleurs primaires vives et chamarrées.

© Laetitia Bica


Superpieceofchic

En février 2014, quand apparaît le petit sac Superpieceofchic en forme de paquet de frites, c'est la folie à Paris ! Le collectif de Superpieceofchic n'a pourtant pas attendu ce momentum (et les sacs hot-dogs présentés la même saison) pour imposer sa mode total look imprimés ludique et décalé qui ornent des coupes élégantes et confortables.

>> Pour la saison d'automne et hiver, le duo est allé voir du côté des cosmonautes et jouent avec des éléments urbains et futuristes. Les imprimés ont encore la part belle offrant des combinaisons intégrales en soie ou des capes. Du noir, du blanc mais aussi du vert et de l'orange. L'accessoire, symbole de la marque est cette année la glace rocket en cuir métallique.

© Superpieceofchic


Léo

Derrière Leo, on retrouve Leonnele Derksen, diplômée de l’Académie d’Anvers et Matthias Medaer, amoureux dans la vie.

>> Pour sa nouvelle collection, le duo s'est perdu du côté de la série Twin Peaks , tout en travaillant sa spécificité : un vestiaire traditionnel dans des tissus très modernes. les paysages, les motifs clés de la série de même que l'anachronisme entre les années 50 et les années 90 bien présents dans la série se retrouvent dans les imprimés des vêtements, à mixer comme on en a envie. Les pièces fortes de la collection : les manteaux.

© Léo


Gioia Seghers

Cette jeune styliste a été largement récompensée à l'issue de sa dernière année à La Cambre en 2012 (Prix Dior, Weekend Fashion Award, Prix La libre Essentielle, Prix RA Antwerp,…) Depuis toujours, elle réapprivoise et réinvente la dentelle et la broderie anglaise qu'elle adore. Ses pièces sont franches, blanches, bleues, rouges et son travail sur les ajours et les plissés est totalement élégant.

>> Pour l'hiver, Gioia a travaillé l'esprit samouraï autour de Gozen, première femme samouraï ayant marqué l'histoire. Les formes sont pures et minimalistes mais les couleurs arrivent à la rescousse avec de l'orange brique et du rouge vif.Cuir, soie et crêpe de laine donnent des tombés impeccables et ses superpositions donnent du relief à la collection.

© Gioia Seghers


Emmanuelle Lebas

Elle a été lauréate du prix essentielle.be du show 2012 de La Cambre-Mode[s]. Depuis, Emmanuelle Lebas n'a cessé d'intriguer et d'intéresser avec ses silhouettes longilignes inspirées de l'architecture en général et des univers très graphiques. Elle a été choisie pour faire partie du showroom Les Belges en février 2015 pour présenter son travail à la planète fashion lors de la semaine de la Mode à Paris.

>> Pour sa deuxième collection complète de souliers et d’accessoires, Emmanuelle Lebas s’inspire de l’univers sensuel et décalé de Guy Bourdin , le photographe de mode français qui mettait en avant l'élégance rétro, et le kitsch boudoir. La créatrice a travaillé le cuir, le satin et la fourrure, utilisant des tons saturés que l’on retrouve dans les photographies de Bourdin. Les couleurs et les formes se mettent en valeur l'une l'autre pour arriver à l'élégance juste.

© Emmanuelle Lebas

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous