On vous parlait il y a quelques mois de la tendance "normcore" en mode, ou comment la banalité devenait stylée.Le vestiaire de l'adepte du normcore est minimaliste, composé de pièces banale jeans délavés, polaires et baskets. Ce nouveau terme a fait la Une des magazines de mode pendant quelques jours, avant d'être très vite jeté aux oubliettes. Mais il reprend vie aujourd'hui à travers le concept de "normcore body". Selon la journaliste Maya Singer du magazine Style.com, le "normcore body" sera la nouvelle tendance incontournable de la saison prochaine. A contre-courant des plastiques parfaites, le "normcore body" prône les corps simples, pas spécialement minces, pas spécialement gros. Le modèle qui a inspiré la journaliste n'est autre que Sandra Bullock, dans le film The Net, et particulièrement la scène où elle bronze sur une plage en bikini noir. Si "naturel" son corps ? Pour cette journaliste, oui.

© D.R.

"Elle m'est apparue si belle... Une beauté que peu d'actrices hollywoodiennes ont encore aujourd'hui. Mince, évidemment, mais douce et même un peu en formes". "Elle était tout simplement normale", constate la journaliste. Elle cite ensuite d'autres exemples d'actrices qui ne consacraient pas toute leur énergie à leur apparence, à coups de régimes, de sport intensif ou de cures détox, citant notamment Jennifer Aniston dans ses début dans Friends, ou Winona Ryder. On comprend un peu mieux l'idée.

Selon elle, la rupture se situe à l'arrivée de la série Sex and The city. "Soudain, écrit-elle, tout le monde a voulu ressembler à Sarah Jessica Parker, qui a un corps très musclé." 

Pour Maya Singer, pas de doute, "le moment est venu, d'un point de vue purement esthétique, de voir la de sensualité et de la douceur, de voir des corps qui ne soient pas gonflés de muscles mais pleinement vivants !"

Fallait-il inventer ce nouveau terme pour appeler à juste être bien dans sa peau ? Concernant le style "normcore" nous nous inquiétions déjà "que la simplicité vestimentaire et le "non-style" deviennent paradoxalement, sujets à une multitude de prescriptions stylistiques". Le magazine masculin GQ va dans le même sens avec le "normcore body". Son article intitué "What in the Hell is "The Normcore Body?" pointe ce concept creux et conclut : "Pouvons nous tous simplement  essayer d'être les meilleures versions de nous-mêmes ?"