Le grand magasin de luxe britannique Harrods a annoncé cette semaine qu'il ne vendrait plus cet article. Sur Twitter, l'enseigne a ainsi présenté des excuses ainsi que des remerciements à ceux qui "ont attiré son attention sur ce point".


En effet, ce sac à main prestigieux coûtant 7300 euros (6340 livres) s'est attiré les foudres de la communauté hindoue pour sa forme et sa matière. La marque New Yorkaise Judith Leiber a l'habitude de proposer des articles originaux (sac à l'apparence de canettes, de licornes ou encore de hamburgers), mais dans ce cas, l'association du dieu hindou avec le cuir ne passe pas auprès des fidèles de cette religion qui défend la non-violence contre les animaux.

Le responsable d'une association de défense des valeurs et des intérêts des Indiens à l'étranger (REACH) clame ainsi auprès du Guardian : "Les dieux ne sont pas des accessoires de mode. C'est très irrespectueux pour eux d'être représentés de la sorte. Ce sac se moque de notre foi et la dévalorise".

Même après le retrait de la vente de cet article, la question persiste pour le directeur de l'Hindu Council UK, interrogé par le Guardian, de savoir comment un tel produit peut voir le jour. "Pourquoi une enseigne à la renommée internationale ne fait-elle pas des recherches approfondies sur la religion et la foi afin de déterminer ce que ses produits signifient pour les personnes croyantes? C’est de l’appropriation culturelle et religieuse", dénonce Rajnish Kashyap.

La présidente de la marque Judith Leiber, Lela Katsune, s'est également excusée et a tenu à préciser : "Notre but a toujours été de créer des pièces uniques qui célèbrent respectueusement l'art, les individus et les cultures". Elle a ainsi annoncé la fin de la production de ce modèle en cuir, cette matière sera ainsi remplacée par du synthétique.