Toute petite déjà, Marie-Catherine était attirée par le tulle, la dentelle, la soie et le satin. Avec des bouts de tissus récupérés, enfant, elle passe son temps à confectionner des robes pour ses poupées puis pour ses copines. « Lorsqu’on parlait d’une robe de mariée, dit-elle, j’avais les yeux qui brillent. C’est devenu mon métier ! »

Après des études de stylisme/modélisme à Saint-Luc, elle fait ses premiers pas chez Bruphils, puis découvre l’univers de la Haute couture dans l’atelier de Pierre Gauthier. Une révélation ! Aujourd’hui, la boutique/atelier de Marie-Catherine le Hodey, à Uccle, a pignon sur rue et habille les plus belles mariées du Royaume.

De l’envie au croquis

Partir de ses envies, se laisser porter par les conseils avisés de la créatrice jusqu’à ce que sa sensibilité épouse la vôtre, décrypter les courbes et les angles de votre personnalité avant de laisser le rêve prendre forme sur le croquis… Le dessin prend ensuite forme par la magie de la toile réalisée à partir d’une quarantaine de mesures prises lors d’un premier essayage, le vrai luxe du vrai sur-mesure.

Seules, celles qui ont déjà vécu un « essayage » chez leur « couturière » connaissent le frisson de celle qui, tout droit dans l’assemblage des premiers pans de soie, de tulle et de dentelle, s’en remet au savoirfaire de Marie-Catherine, détentrice de cette curieuse géométrie d’où surgit l’élégance. « Mon rôle, dit-elle, est de transposer en couture les rêves des jeunes femmes qui viennent me voir. Et réaliser des robes qui racontent des histoires à la fois heureuses et gaies. J’aime les contes de fée et je l’assume ! »

Tendance 2014

La soie dans tous ses états ! Mousseline, crêpe, drap de soie, tulle, organdi et organza. La dentelle est aussi l’élément qui lui tient le plus à coeur. Son côté fragile donne toute la féminité et la délicatesse à ses créations. Ses robes jouent entre sensibilité d’autrefois et poésie contemporaine.

Une allure un brin vintage et une pointe de glamour, sexy mais pas trop. Les corsets et les jupons de tulle se veulent aériens, les robes sont floues et légères, les transparences désinvoltes. Le prix d’une robe de rêve ? A partir de 2000 €. Un prix qui varie selon le modèle, la qualité du tissu, la présence ou non de broderies…

1226, Chaussée de Waterloo (sur rendez-vous uniquement) à Uccle. Tél. : 0475 270 147 - www.mariecatherinelehodey.be