Les sacs Lilu, la marque de maroquinerie d'Emmanuelle Adam, sont créés dans l'atelier-boutique de la rue du Bailli à Bruxelles. De beaux cuirs, une simplicité souriante, de l'élégance pas "dadame" et des bonnes idées qui en font une marque qu'on s'arrache depuis 10 ans déjà !


Des sacs faits main, fabriqués là, juste en-dessous de la jolie boutique toute blanche de la rue du Bailli à Bruxelles. Il y en a de grands colorés, des petits en python, des besaces en cuir noir gloss, des cabas en cuir grainé, des sacs seaux en veau doux, des sacs de voyage en cuir épais, des pochettes, des sacs à bandoulière, d'autres que l'on porte à l'épaule et maintenant un sac à dos très tendance, élégant mais pratique.

Lilu c'est ça : des sacs qu'on aime tou(te)s et un atout dans la poche : une possibilité de commander son sac à soi, dans la couleur, la forme et le cuir que l'on veut. Il suffit juste d'attendre plus longtemps( et de payer plus aussi).

Dans cette boutique-atelier de la rue du Bailli, nous avons rencontré Emmanuelle Adam qui a lancé Lilu il y a juste 10 ans cette année. Généreuse, décontractée, pas étourdie par le beau succès de sa marque, Emmanuelle veut garder le cap des 2000 sacs par an environ avec des prix variant entre 200 et 700 euros ; pour continuer à se concentrer sur le stylisme et rester dans la même philosophie : du fait main sur place pour faire plaisir aux amoureuses des sacs, avec une belle histoire pour chaque collection. Et continuer sur le chemin de la simplicité.

© Lilu


10 ans de sacs, cela représente quoi pour vous ?

C'est une façon de voir comme le temps passe vite ! La maroquinerie, c'est un travail artisanal et saisonnier avec deux collections par an. Nous avons grandi évidemment en 10 ans pour arriver à une moyenne de 2000 sacs fabriqués par an. Et surtout, Lilu a trouvé la reconnaissance d'un public, dont beaucoup de fidèles et du secteur du luxe. Nous travaillons pour quelques grandes marques, pour des pochettes par exemple.

Après 10 ans, j'avoue que l'on arrive à une croisée des chemins : grandir ou rester dans la configuration économique actuelle. Pour moi, les relations humaines et la qualité du temps passé à travailler priment sur l'accroissement des ventes ou le déploiement économique. Pour l'instant, il n'y a rien qui ne sorte de chez nous qui n'ait pas été créé ici, dans l'atelier ! A terme, je pense plus à l'ouverture d'une deuxième boutique à Londres par exemple qu'une expansion tous azimuts ou une présence dans les concept stores.


Le sac parfait, il est comment ?

Il est signé Lilu ! C'est un sac dont je ne peux pas me passer. Le Katrien est un tote bag que l'on porte à l'épaule qui possède une pochette avec chaînette à l'avant, maintenue par une fermeture éclair. Quand on la défait, on a une pochette que l'on peut porter en bandoulière : on y met tous les petits trucs qu'on veut avoir sous la main et par exemple, sur l'heure de midi, on sort avec juste la pochette, pas l'entièereté du sac souvent bien rempli... C'est une collègue de mon mari qui me parlait d'avoir "un sac dans un sac" qui m'a donné l'idée. Il s'appelle Katrien, comme elle ! Selon le cuir, il peut vraiment avoir un look différent : de classique à vraiment rock n'roll, c'est assez incroyable !

© Lilu


Comment naissent les sacs Lilu ?

Tout au long de la saison, j'aspire tout : un bouton sur une veste que j'adore, une série qui me tient à coeur, une phrase, une couleur et cela doit incuber manifestement (Rires) mes idées viennent au fur et à mesure. Nous travaillons à 5 et l'on se rassemble régulièrement pour parler de nos idées, pour les confronter à la réalité des autres, on couple aussi nos bribes d'idées et cela donne des prototypes ! Le sac à dos par exemple est une proposition d'une de mes jeunes collaboratrices : elle voulait un sac très pratique à porter du matin au soir, moi, je n'aurai jamais pensé au sac à dos, il est trop marqué écolier dans mon esprit. Or, on a un public pour. Et en cuir tressé, il est très classe je trouve.

Finalement, je dirais que les idées de base viennent à la vitesse VV' mais de toute façon, c'est toujours le cuir qui a le dernier mot et donne son « tomber » à un sac : les prototypes sont cruciaux.

© Lilu


Votre inspiration pour cet hiver ?

Le fil conducteur c'est toujours la simplicité mais de plus en plus, on arrive à mixer ça avec des sacs qui peuvent se porter de plusieurs façons différentes ou qui ont des tailles différentes ce qui donnent une toute autre allure ou une autre utilisation. Il faut faire aussi un mix entre poursuivre les sacs qui plaisent, les intemporels et les nouveautés. Cette année, comme je me suis passionnée pour Games of Thrones, j'ai imaginé un sac très carapaçonné avec des carrés de cuir épais clouté, mais dans une forme très féminine, petit avec un rabat... Un vrai coup de coeur ! L'ensemble de la collection s'appelle "Heroes", ça colle bien avec l'identité de Lilu et l'idée que les femmes sont des wonder-women !

© Lilu


Le best seller ?

C'est le Lucia, un sac besace avec des anses et une bandoulière. Il existe en taille normale, XL et XXL, j'en suis très satisfaite moi-même : c'est difficile d'en changer ! Il est très grand et je le produis dans un cuir gloss magnifique cet hiver. 

Quant aux couleurs, le noir est un must bien sûr mais pour cette saison, j'ai eu envie de travailler le kaki. Je suis toujours habillée en noir et mes sacs le sont souvent aussi. J'avais envie de changer un peu sans pour autant aller vers des couleurs trop marquantes.

© Lilu

Lilu, rue du Bailli, 9 - 1000 Bruxelles.