Après les pubs affichant des corps de rêve "prêts pour la plage" taxés de sexistes, voici qu'une campagne mettant en scène Tess Holliday, mannequin taille 54 fait aussi polémique. Les vacances? Un univers impitoyable finalement...

Flash-back. On se souvient, il y a quelques semaines de cette campagne sur les murs du métro londonien qui avait outré des milliers d'usagers.

© Twitter DR


Il s'agissait d'une affiche pour une marque de compléments alimentaires destinés à favoriser la perte de poids. La jeune modèle qui posait y apparaissait mince et musclée. Tollé en Perfide Albion ! L'idée en substance des plaintes : on peut avoir n'importe quel corps et être prêt pour la plage. La campagne, dézinguée de partout était qualifiée de sexiste, culpabilisante, ...

Ce qui n'est pas faux évidemment. L'autorité de régulation de la publicité britannique doit encore statuer.

Ashley Graham, mannequin en formes l'avait détournée pour le compte de la marque de maillots de bain swimsuitsforall dont elle est égérie sur son instagram avec une (belle) photo d'elle en maillot portant la légende «Il n'y a aucune raison de se cacher et toutes les raisons de se montrer»

© Instagram Ashley Graham


Surfant sur la même vague, la marque Simply Be a décidé d'embaucher Tess Holliday pour supporter sa campagne été 2015. Tess Holliday, c'est cette Américaine en surpoids devenue le premier mannequin plus size à avoir signé dans une agence – celle de Milk Model Management.

© Simply BE


Dans un petit film (voir ci-dessus), une question s'affiche : "How to get a bikini body ?" (soit "comment se faire un corps prêt pour la plage". On y voit la mannequin taille 54 réfléchir une seconde avant de revenir tout simplement vêtue d'un bikini avec la mention "Mettez juste un maillot".

Une opération (marketing #SimplyBekini) qui se veut positive et dédramatisante pour toutes les femmes qui ont peur de s'afficher en maillot avec des kilos en trop... "Pour être prête pour la plage, tout ce dont une femme a besoin est d’enfiler un maillot de bain ! Le corps parfait n’existe pas et les femmes sont leurs plus féroces critiques", insistait même Tess Holliday sur Twitter.

Oui mais voilà, cette campagne qui aime les rondes a aussi des contestataires qui aimeraient la voir interdite au motif qu'elle promeut un comportement à risques, dommageable pour la santé, en "glorifiant" l'obésité. Le Mirror a donné la parole à ce mouvement au travers d'un hypnothérapeute, coach et animateur TV qui affirme que "toutes les campagnes mettant des mannequins plus size en scène sont irresponsables et mettent la vie des gens en danger. La seule chose que ces campagnes font aux femmes, c’est de provoquer des risques pour leur santé."

Une sortie offensive très cash et maladroite.
Mais finalement, ces attaques et contre-attaques posent question :  dans un sens comme dans l'autre, quelles sont les limites de la représentation corporelle ? En effet, si peu de femmes dans la vraie vie ressemblent à des mannequins maigres; peu de femmes ressemblent à Tess Holliday atteinte d'obésité morbide, même si elle est éminemment photogénique et d'un courage à souligner...

Globalement, on est toutes à peu près ni mince, ni ronde. Sauf que la "normalité plus ou moins" est un concept tellement peu sexy qu'il n'a aucune viabilité dans le monde de la pub... Il nous reste à vous souhaiter un joyeux moment maillot de bain cet été !