Depuis l'apparition en Chine d'une forme mortelle de coronavirus, beaucoup d'Asiatiques sont victimes de racisme.

Pour lutter contre les insultes et les discriminations, certains d'entre eux se sont mis à utiliser le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus sur Twitter. Mais un mannequin taïwanais a été encore plus loin lors de la Fashion Week de Madrid. Chenta Tsai a défilé avec cette inscription écrite au feutre sur son corps.

"Le débat autour du coronavirus a des connotations racistes qui affectent la communauté asiatique. Je voulais donc envoyer mon soutien à tous mes frères qui en souffrent. Si vous souffrez de discrimination ou de racisme, n'hésitez pas à contacter les associations ou à m'envoyer un message privé", a-t-il demandé à sa communauté.

"C'est un phénomène habituel", observe Rob Grenfell, le directeur de la santé et de la biosécurité au CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation), un organisme public australien de recherche scientifique. "Pour chaque épidémie au cours de l'histoire humaine, nous avons tenté d'incriminer certaines catégories de population", poursuit-il. Le nouveau coronavirus est "bien sûr apparu en Chine", dit-il, "mais ce n'est pas une raison pour diaboliser les Chinois". A bon entendeur...