Mode et beauté

Les festivités de fin d'année débutent dès ce soir avec le réveillon de Noël. La Libre est allée à la rencontre d’une make-up artist qui, avec patience, nous a tout réexpliqué.


Chez Anouchka de Bellefroid, l’ambiance est bon enfant. Pour celles qui ont déjà pris dix leçons avec elle, et malencontreusement tout mélangé dans les explications, pas de panique, elles ne sont pas réprimandées. Et pour cause, Anouchka fait du maquillage un instant charmant, où l’on se réconcilie avec soi, avec ce qu’on voudrait être, avec ce qu’on est vraiment.

La semaine passée, La Libre s’est assise dans le siège de l’invitée d’Anouchka, et a bénéficié du vade-mecum du maquillage de fête. Facile et donc à recommander, à toutes les timides du pinceau.

© Marie Russillo/IPM

Étape 1 : le teint pour faire la fête

En maquillage, c’est très simple, il suffit de retenir ceci : les coloris clairs donnent du volume, et les coloris foncés creusent. Donc, pour le teint, on pose des points de lumière (avec un correcteur perfection) dans une zone formée par le nez, les yeux, la bouche et le menton - ce qu’on appelle le triangle du visage. Dans cette zone, "je viens déposer la lumière sur la fossette du menton, ainsi que sur le petit cœur de la bouche. Pas seulement dans les creux de cernes, il faut répartir la lumière un peu partout" explique Anouchka de Bellefroid.

Comment faire pour avoir l’impact du maquillage ? On tamponne pour placer le correcteur, puis on l’estompe. "Et on prend le temps, car quand on se maquille, ce n’est pas vite fait mais bien fait."

Petite astuce : on peut travailler la lumière à ras de la frange des cils et aussi sur le contour de la bouche : c’est une démarche naturelle pour dessiner la bouche.

Ensuite, on prend un pinceau rond, garni de poudre compacte, mais attention pour la poudre, il faut prendre sa couleur de carnation. "Ce n’est pas à cette étape-là encore que l’on travaille le hâle, Mesdames…" On poudre partout : le visage, les paupières le cou et le décolleté ! Et voilà, le teint est fait, la toile de fond est prête ! Plus qu’à poser un blush avec lequel on sculpte le visage. "Quand on met de la couleur sur le visage, on n’en met pas partout, sinon, ça creuse ! C’est sur la bosse du sourire qu’on apporte la couleur."

Dernier conseil : "Mettez le blush en dessous de l’os de la pommette." Correcteur perfection n°30, 35 € ; Teint Compact Haute Tenue n°30 (notre photo) 55 € ; Blush Joues Contrastes, brume d’or 44 €.

© Marie Russillo/IPM

Étape n°2 : habiller ses yeux

Avec un pinceau souple au bout arrondi, on prélève la matière du boîtier, on dépose le surplus sur le dos de sa main et on commence par poser quatre points de lumière. "On ne pose pas le "clair" partout en aplat, sinon, c’est trop flagrant. On fait des touches de lumière : dans le coin interne de l’œil ; sous l’arc du sourcil ; en dessous du coin externe, et au-dessus de la boule de l’iris, c’est le confetti posé sur le regard…"

Puis, on s’occupe de l’effet festif en "ouvrant le regard". C’est un peu de géométrie ! À base de trois couleurs : une couleur claire, une moyenne et une couleur plus foncée. Avec le pinceau en forme de banane, on prend la couleur médiane, ici le ton cuivré, que l’on dépose dans l’axe de l’ouverture du regard, de l’extérieur vers l’intérieur. "Ce n’est pas un geste technique, rassure la make-up artist, c’est une illusion de l’ouverture du regard." On dessine l’arcade jusqu’au premier tiers de la paupière mobile. Pour un résultat tout doux, on estompe au doigt. "Si vous sortez en lumière de jour, estompez au doigt. En revanche pour les lumières du soir du Réveillon, augmentez le contraste de couleurs et n’estompez pas : le maquillage en lumière obscure peut être plus dense." Avec le pinceau biseauté placé à l’horizontale, on dépose l’ombre à paupières vert lamé (la plus sombre) le long de la frange des cils, ainsi que l’on ferme le coin externe de l’œil… On peut ajouter du crayon si on veut intensifier ce maquillage. Le moment du "liner" n’est pas le moment le plus simple de cette session, mais on ne panique pas, merci. Et on choisit une couleur en harmonie avec les ombres choisies.

Comment poser habilement un liner ? Il faut savoir qu'un liner trop crayonné ne valorise pas le regard. "On maintient la peau en bord de regard, mais on ne la tire et, avec le crayon, depuis la pointe externe de l’œil, on fait des pointillés à ras des cils pour densifier le regard." Le conseil : on ne fait pas le trait d’un coup : pas besoin de se croire Picasso, on pourrait finir Jackson Pollock... Et puis, hop le mascara, avec lequel on enroule les cils dessus-dessous. Ombre Première Chanel Electrum Lamé, Vert Lamé (notre photo) et Cuivre Lamé, 36.€ ; Mascara le Volume, 35.€ ; Stylo Yeux Waterproof NoirIntense,26.€

© Marie Russillo/IPM