"Un an sans bouger du tout": Jane Birkin raconte son calvaire

Jane Birkin est restée cloîtrée chez elle durant un an après la mort de sa fille Kate.

"Un an sans bouger du tout": Jane Birkin raconte son calvaire
©Photonews
P.-Y. P.

Jane Birkin est restée cloîtrée chez elle durant un an après la mort de sa fille Kate.

"Quand Kate est morte, je suis restée à la maison pendant un an sans bouger", a révélé, au micro de RTL hier matin, l’interprète de Jane B au sujet de la photographe Kate Barry décédée deux ans plus tôt en chutant du 4e étage de son appartement parisien. "Sans bouger du tout."

Ses filles (Charlotte et Lou) avaient beau passer la voir avec ses petits-enfants, l’ex de Serge Gainsbourg n’avait plus goût à rien. "Comme disait mon petit-fils Marlow (NdlR : enfant que Lou Doillon a eu avec John Ulysse Mitchell) : Tu étais avec nous mais tes yeux ne voyaient rien."

Avec la perspective de retourner sur scène, en lisant du Serge Gainsbourg avec son spectacle Gainsbourg, poète majeur, la chanteuse reprenait du poil de la bête. "Je me suis dit que ça serait bien de faire quelque chose qui me mette près des gens", a-t-elle ajouté à la radio. "Il y avait une lecture qu’on avait faite un an avant, que Michel Piccoli avait l’air de vouloir continuer. Je me suis dit que c’était peut-être une bonne chose pour ne plus être seule à la maison. Qu’il fallait continuer."

Cet instinct de (sur)vie à la Show must go on, Jane Birkin le tient de sa mère, l’actrice et chanteuse Judy Campbell. "Ma mère chantait pendant la guerre en Angleterre, se souvient-elle. Elle avait une chanson très célèbre. Pendant les bombardements, elle chantait sa chanson et quand il y avait un grand boum, elle mettait sa main comme une coquille autour de son oreille. Et puis elle continuait. Les gens étaient debout, ravis. Elle a fait toute la guerre comme ça." Quant à Jane Birkin, sa guerre à elle est d’une profondeur telle qu’elle semble toujours la ronger intimement.