Sophie Marceau rayonnante pour honorer Belmondo

Accompagné de l'actrice Sophie Marceau, de son fils Paul (auteur d'un documentaire sur son père) et de son ami l'acteur Charles Gérard, Jean-Paul Belmondo a reçu un Lion d'Or pour l'ensemble de carrière, à Venise.

AFP
Sophie Marceau rayonnante pour honorer Belmondo
©AFP

"Jean-Paul Belmondo est une star populaire, un acteur complet"

"Je ne pense jamais à mon passé. Devant, devant, devant", a assuré jeudi Jean-Paul Belmondo à son arrivée à la Mostra. L'acteur s'est rendu au Festival de cinéma de Venise pour recevoir le Lion D'or récompensant l'ensemble de sa carrière.

Accompagné de l'actrice Sophie Marceau, de son fils Paul (auteur d'un documentaire sur son père) et de son ami l'acteur Charles Gérard, il a reçu son prix ovationné par une salle debout dans le Palais du Cinéma.

Sophie Marceau rayonnante pour honorer Belmondo
©AFP


"Jean-Paul Belmondo est une star populaire, un acteur complet, multifaces, producteur de cinéma, un patron de théâtre et aussi le patriarche d'une grande et belle famille", a déclaré Sophie Marceau.

"+L'Incorrigible+, +Borsalino+, +L'As des As+, "Le Solitaire+, +Pierrot le fou+, +L'Homme de Rio+... Tous nous ont fait vibrer et rêver", a-t-elle ajouté.

Celle qui fut sa partenaire à l'écran dans "Joyeuses Pâques", de Georges Lautner (1984), a aussi rappelé le passé de boxeur de l'acteur.

"Tu avais 15 ans et tu apprenais déjà à devenir un homme à coups de poings, à coups de bras d'honneur aussi lorsqu'on te refuse l'entrée de la Comédie Française et que l'on déclare qu'avec ta gueule, tu ne pourras jamais prendre des femmes dans tes bras".

"Je me rappelle quand tu m'as prise dans tes bras et je me rappelle aussi de Claudia Cardinale, de Sofia Loren, d'Ursula Andress, de Jean Seberg, d'Anna Karina, de Françoise Dorléac, de Catherine Deneuve, d'Annie Girardot, d'Emmanuelle Riva... parce que même en soutane, tu les faisais toutes craquer", a raconté Sophie Marceau.

Sophie Marceau rayonnante pour honorer Belmondo
©AFP

Acteur emblématique de la Nouvelle Vague mais aussi flic ou voyou du cinéma français, Jean-Paul Belondo a été en compétition à deux reprises à Venise avec "Léon Morin, prêtre" de Jean-Pierre Melville (1961) et "Pierrot le fou" de Jean-Luc Godard (1965). Il avait été honoré par le Festival de Cannes en 2011 par une soirée spéciale.

Interrogé sur sa carrière exceptionnelle, aussi bien dans des films d'auteur que dans le cinéma populaire, il a assuré "s'amuser dans les deux". "C'est comme dans la vie, un jour on rit, un jour on pleure".

Quant à ses envies en matière de cinéma, le héros d'"A bout de souffle" a déclaré: "J'ai fait tout ce que j'ai voulu faire. Aujourd'hui, le soleil, la mer..." a-t-il conclu.