Victime des inondations à Londres, Brian May déonce la négligence et la corruption des autorités

Une partie de ses souvenirs d'enfance et de sa carrière avec Queen a été détruite par les eaux venues des égouts.

Victime des inondations à Londres, Brian May déonce la négligence et la corruption des autorités
©BELGAIMAGE

Tandis que le Canada est écrasé par la chaleur et la sécheresse, de nombreuses autres régions du monde sont noyées sous les trombes d’eau, qu’il s’agisse de la Chine, de l’Inde et de plusieurs pays européens dont la Belgique. Avec à la clé des inondations dévastatrices et meurtrières.

Le Royaume-Uni n’est pas épargné, pas plus que sa capitale Londres. Brian May, guitariste de Queen, en a fait les frais récemment. Sa maison sous eau, il y a perdu une partie de sa vie. “C’est abject. C’est tellement horrible parce que les répercussions se font dans le long terme”, confie-t-il à la DH à l’occasion d’un entretien lié à la réédition de son premier album solo, Back To The Light, à venir le 6 août. C’est comme si une partie de ma vie vient d’être effacée. Je suis furieux.”

“Cela perturbe gravement votre vie. Tout d’un coup, tout est étalé sens dessus dessous devant vous. Tant de choses si précieuses de nos vies flottaient dans les eaux d’égouts qui ont envahi notre entresol (il n’y a pas de cave chez lui, dit-il sur Instagram, ndlr.). Sans compter qu’il faut tout évacuer et nettoyer. Cela intervient toujours quand vous n’en avez vraiment pas besoin. Dieu merci, personne n’est mort. Ça n’a pas été aussi grave qu’en Allemagne ou en Belgique.”

"C'est comme avoir été violé"

“Ce qui est arrivé me rend fou. J’ai perdu des choses liées à mon enfance. Elles n’ont aucune valeur financière mais sentimentalement, j’y tenais beaucoup. C’est le cas de photos que j’ai pris étant enfant. Elles flottaient à la surface de l’eau qui s’est infiltrée. J’ai essayé d’en sauver un bon paquet. Subir cela, c’est comme avoir été violé.”

Sur son compte Instagram, il montre ce qu’il a pu sauver et l’état dans lequel sont ces clichés.

Des biens et des objets liés à Queen et à la carrière du guitariste ont également fait les frais de l’inondation. “On essaye d’en récupérer le plus possible. Tous les souvenirs de la carrière de mon épouse (la chanteuse, danseuse et actrice Anita Dobson) étaient aussi entreposés dans la cave inondée. C’est très difficile pour elle . Je l’ai aidée à préserver ce qui pouvait l’être, des posters, des flyers et des photos.”

Depuis, le musicien ne décolère pas, même si en interview il conserve son légendaire flegme britannique. Il pointe du doigt les autorités et leur gestion urbanistique de la ville. “Ce qui arrive à Londres est la conséquence du manque d’entretien des égouts et de l’urbanisation du sous-sol”, dit-il.

Négligence et corruption

Sur Instagram, il est nettement plus incisif. “Historiquement, Kensington n’a jamais été inondé en raison de la pluie lors des 150 dernières années. Comment cela a-t-il pu se produire ?” Il s’en prend avec une virulence rare dans son chef au Royal Borough of Kensington and Chelsea, les autorités de l’arrondissement de Kensington et Chelsea où il habite. C’est le plus petit arrondissement de Londres mais aussi le plus densément peuplé du Royaume-Uni. Il les accuse de ruiner la vie des habitants du quartier en faisant de la spéculation.

 Pour lui, cela ne fait aucun doute, c’est la politique menée depuis une dizaine d’années en matière de sous-sols des immeubles qui a provoqué les inondations. Il dénonce la responsabilité des autorités non seulement dans les inondations de cet été mais aussi du tristement célèbre incendie de la tour Grenfell qui a fait 79 morts en 2017. “Le Royal Borough of Kensington and Chelsea est connu pour être l’une des institutions les plus corrompues et négligentes d’Angleterre. Je les tiens pour responsables de la misère causée dans mon quartier, dit-il. Il est temps qu’ils rendent des comptes.”

“Pour ma famille, cela signe la fin de notre présence à Londres, nous glisse-t-il à l’oreille. J’adore cette ville, c’est la région où je suis né (à Hamton Hill, dans le Grand Londres, ndlr.) mais elle devient de plus en plus brutale. Cette inondation, c’est la goutte qui fait déborder le vase. Nous devons déménager, plus rien ne nous protège désormais dans la ville.”

Sur le même sujet