Juan Carlos toujours cerné par les enquêtes

Elle ont terni un peu plus la réputation de roi entachée par les révélations sur sa vie privée.

Juan Carlos toujours cerné par les enquêtes
© AFP
AFP

Le 3 août 2020, l’ex-roi d’Espagne Juan Carlos quittait son pays pour entamer un exil doré aux Emirats. Un an plus tard, les enquêtes judiciaires qui l’ont poussé à partir sont toujours en cours et hypothèquent son éventuel retour.

L'ancien monarque, âgé de 83 ans, avait alors expliqué vouloir "faciliter" à son fils Felipe VI "l'exercice" de ses fonctions devant "les conséquences publiques de certains événements passés de (sa) vie privée".

Mais sa destination, les Emirats arabes unis, avait encore plus attisé les critiques, alors que ses liens avec les monarchies du Golfe sont au centre des soupçons sur sa fortune opaque.

Juan Carlos fait l’objet d’enquêtes en Espagne et en Suisse, où la justice cherche à déterminer s’il a empoché une commission dans le cadre de l’attribution à des entreprises espagnoles d’un contrat pour la construction d’un train à grande vitesse en Arabie Saoudite en 2011.

Au centre de cette affaire figure un virement de 100 millions de dollars qu’il aurait reçu en 2008 de l’ancien roi saoudien Abdallah sur un compte en Suisse.

Visé en Espagne par deux autres enquêtes judiciaires, Juan Carlos a tenté d’éviter les poursuites en procédant depuis fin 2020 à deux régularisations fiscales d’un montant total de plus de 5 millions d’euros. Mais la justice n’a pas encore statué et le fisc a, de surcroît, ouvert lui aussi une enquête pour déterminer l’origine de ces fonds.

Juan Carlos n’a été jusqu’ici poursuivi pour aucun délit. Mais ces enquêtes ont terni un peu plus la réputation de cette figure clé de la transition vers la démocratie après la fin de la dictature franquiste en 1975, qui a dû abdiquer en 2014 alors que se multipliaient les révélations sur sa vie privée.