Greta Thunberg fait la couverture de Vogue et s'attaque à l'industrie de la mode

Elle dénonce ainsi son impact climatique et écologique.

Greta Thunberg fait la couverture de Vogue et s'attaque à l'industrie de la mode
© AP

Pour la couverture de sa première édition, Vogue Scandinavia s'est offert la jeune militante écologiste. Greta Thunberg y pose, assise, adossée à un arbre dans un long imperméable, caressant un cheval. Cette publication est l'occasion pour elle, de s'attaquer à la pollution causée par l'industrie de la mode, alors que le GIEC vient de publier un rapport alarmant sur l'évolution du climat.

Dans cette interview, la jeune femme de 18 ans condamne la fast-fashion et y rappelle son impact sur l'environnement. Elle précise également qu'elle n'a elle-même plus acheté de vêtements depuis trois ans. "J'emprunte simplement des choses à des gens que je connais", partage-t-elle. La jeune Suédoise concède : "Bien sûr, je comprends que, pour certaines personnes, la mode soit une grande partie de la façon dont elles veulent s'exprimer et exprimer leur identité", avant de souligner les conséquences d'un tel comportement, "Si vous adhérez à la fast-fashion, vous contribuez à cette industrie et vous l'encouragez à se développer et à poursuivre son processus néfaste."

Ce dimanche, après avoir partagé la couverture du magazine sur Twitter, elle a également mis en garde contre la mode présentée comme "durable"."Beaucoup donnent l'impression que l'industrie de la mode commence à prendre ses responsabilités, dépensant des sommes fantaisistes dans des campagnes se présentant comme « durables », « éthiques », « vertes », « climatiquement neutres » ou « équitables ». Mais soyons clairs : c'est presque toujours du pur greenwashing."

Sur le même sujet