Insulté pour sa position sur l'Afghanistan et les anti-vaccins, Arthur répond vertement : "Commencez par faire un peu le ménage dans vos rangs"

Vivement insulté pour avoir commenté l'actualité mondiale, en particulier la situation afghane et les anti-vax français, l'animateur, visiblement en colère, a répondu à ses détracteurs.

Insulté pour sa position sur l'Afghanistan et les anti-vaccins, Arthur répond vertement : "Commencez par faire un peu le ménage dans vos rangs"
©Reporters / Bpresse

Sur Instagram, Arthur a commenté la situation en Afghanistan et plus largement l'actualité mondiale, en faisant le parallèle avec les manifestations anti-vaccin en France. "En une semaine, le sentiment d'impuissance qui nous anime est terrible : Les femmes afghanes replongent en enfer. Le Liban collapse. L'Algérie & la Grèce Brûlent. Haïti compte ses morts. Le Variant Delta fait un carnage. La planète se meurt chaque jour un peu plus. Et pendant ce temps là on manifeste en France contre les vaccins et le pass sanitaire en criant à la dictature… chacun ses priorités. #enfantsgâtés #Moilepremier", a-t-il publié sur le réseau social lundi.

Une publication qui est mal passée puisqu'elle a suscité de vives réactions, certains internautes commentant des messages de menaces et d'insultes. Face à ce déferlement, l'animateur a tenu à clarifier ses propos et s'est exprimé par écrit dans une story ce mardi : "J'ai posté un texte où j'exprimais mon impuissance face à une actualité tellement anxiogène. J'y ai ajouté une photo d'une femme afghane remplie de désespoir. J'ai conclu en écrivant que nous (moi le premier) étions des 'enfants gâtés', sous entendant que crier à la dictature dans les rues de France quand on observe ce qui va arriver pour le peuple afghan était déplacé", a-t-il expliqué, taclant au passage une nouvelle fois les anti-vaccins français : "Nous ne sommes pas en dictature, quoi qu'en pense certains avec tant de conviction. Si vous aviez un peu de respect et de compassion pour celles et ceux qui vivent sous un régime dictatorial, vous auriez honte d'utiliser ces termes".

Arthur a également répondu à ses détracteurs et aux insultes qu'il a subies. "J'ai reçu des milliers de messages. (...) La grande majorité était des insultes, des menaces, des invectives racistes. On m'a appelé 'nez crochu', reproché la Palestine, traité de collabo, de fils de Rothschild. On m'a expliqué par a+b que la situation était comparable aux six millions de juifs morts pendant la seconde guerre mondiale", a-t-il fait savoir, stupéfait de tels messages.

"Sommes-nous tous devenus fous ?", a-t-il martelé face à ses commentaires antisémites, précisant que ces messages nuisaient aux anti-vax mesurés, et qu'il ne les mettait pas tous dans le même panier. "Si vous voulez être plus et mieux entendus, commencez par faire un peu le ménage dans vos rangs. Et abstenez-vous de marcher à côté de ceux qui déversent leur haine et leurs pensées nauséabondes", a-t-il suggéré à bon entendeur.

"Vous parlez de dictature et vous insultez, dénigrez, menacez tous ceux qui ne pensent pas comme vous ? Vous qui luttez pour nos/vos/la liberté, commencez par appliquer cette règle à vous-même : 'Chacun a le droit d'exprimer son opinion, moi le premier, et n'en déplaise' (…) Cela s'appelle la démocratie et c'est ce qui fait, entre autres, la différence avec la dictature", a conclu fermement l'animateur.