Jean-Luc Lahaye, star des années 80 éclipsée par ses dérives

Sa carrière a commencé comme un conte de fées, tel que les aime le show-biz. Pour se terminer en prison, dans un sordide dossier judiciaire.

Jean-Luc Lahaye, star des années 80 éclipsée par ses dérives
©AFP
La rédaction avec AFP

Du conte de fées aux faits divers : Jean-Luc Lahaye, enfant de la Ddass (l’organisme en charge de la protection de l’enfance en France) devenu star de la chanson dans les années 1980, a été rattrapé par la justice pour des affaires de mœurs impliquant des mineures.

L’interprète du tube "Papa chanteur", 68 ans, a été mis en examen et placé en détention provisoire vendredi soir, soupçonné notamment de viol et agression sexuelle sur mineurs de plus de 15 ans.

Ce n’est pas la première fois que son nom est éclaboussé. En 2015, il avait été condamné pour s’être adonné à des jeux sexuels par webcam interposée avec une fille de 14 ans à un an d’emprisonnement avec sursis. Le chanteur avait également été condamné en 2007 à 10 000 euros d’amende pour des relations sexuelles avec une mineure.

Tout avait pourtant commencé par une success-story comme les aime tant le show-biz. Né le 23 décembre 1952 à Paris dans une famille très pauvre qui le confie à la Ddass, il alterne familles d’accueil et foyers de l’Assistance publique jusqu’à l’âge de 17 ans. Après une période de petite délinquance, il passe un CAP d’ajusteur et cherche à devenir chanteur.

Le beau gosse brun à l’allure un peu voyou sera un moment serveur dans un restaurant, chauffeur de Zizi Jeanmaire, vendeur de motos, tout en étant hébergé dans un studio prêté par Dalida.

Selon la légende qu’il entretient, il rencontre la chance à un feu rouge quand il tape dans l’œil d’un couple de paroliers qui lui font enregistrer le disque "Femme que j’aime" qui devient le tube de l’été 1983.

En 1984, nouveau succès avec "Papa chanteur", ballade écrite à la naissance de sa fille.

Entre les galas, il publie un livre autobiographique Cent familles, succès d'édition, qui sera le point de départ de la fondation du même nom venant en aide aux enfants défavorisés.

Après un passage à vide dans les années 2000, il retrouve une partie de son succès à la faveur du revival nostalgique des années 1980. Où il s’amuse imprudemment de son attirance pour les très jeunes femmes, poussant peu à peu les producteurs à le lâcher. Le début de la descente aux enfers. (d’après AFP)

Sur le même sujet