2018, l'année du pire cauchemar scénique pour Angèle: "C'était une catastrophe"

Invitée de l'émission Foudre sur RTL2, la chanteuse s'est confessée à propos de ce qui reste à ce jour son pire souvenir de concert.

2018, l'année du pire cauchemar scénique pour Angèle: "C'était une catastrophe"
©Belga

En tête de notre Ultratop single avec "Bruxelles, je t'aime" et album avec Nonate-cinq, Angèle a de quoi voir la vie en rose. D'autant que son nouveau disque a aussi été certifié Platine en France après seulement 3 semaines et qu'elle compte deux nominations pour les prochaines Victoires de la Musique.

Bref, tout va bien pour la Bruxelloise. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Invité de RTL2, Angèle s'est confiée sur son pire souvenir de concert. C'était en 2018, sur la scène du We Love Green organisé dans le bois de Vincennes, à Paris, avant la sortie de Brol. "C'était la première fois que je jouais devant un grand public et je crois que j'étais dans le déni en mode : 'Je suis tout à fait capable de le faire'." Sauf qu'il n'en était rien.

"C'était une catastrophe ce concert", a-t-elle confié dans l'émission Foudre. Sans avoir eu le temps de préparer correctement ses sets, elle s'est retrouvée avec "un ordinateur qui buggait un concert sur deux", "un clavier qui changeait de tonalité" et d'autres problèmes techniques du genre qu'elle a qualifié "d'improbables et incompréhensibles". Ce concert, "c'était mon pire cauchemar", déplore-t-elle.

Depuis Angèle a tracé sa route et sa dernière tournée était réglée comme du papier à musique. Elle ne court plus après la montre comme c'était le cas à l'époque a-t-elle dit sur RTL2, avec le lot de frustrations qui accompagne cette situation : "Je me suis vraiment mise en danger, parce que j'avais une pression sur les épaules. Ça a été parfois frustrant de me dire que j'avais plein de possibilités mais pas de temps."

"2000 personnes qui me huent comme si je n'étais pas du tout la bienvenue"

Dans le documentaire qui porte son prénom et actuellement proposé sur Netflix, Angèle revient aussi sur un autre moment compliqué en concert. C'était en 2017, lorsqu'elle faisait les premières parties de la tournée de Damso. "Damso voulait une première partie qui ne soit pas du rap. Il ne connaissait pas mes morceaux car ils n'étaient pas encore sortis. Il n'avait jamais entendu aucune de mes chansons. La seule chose qu'il avait entendue, c'était ma reprise de 'Bruxelles' en piano-voix. Il a flashé sur cette reprise, il a trouvé ça trop chouette." Mais au moment d'entrer en scène, les choses ne se sont pas passées comme elle aurait pu l'espérer. "J'arrive devant le backstage et j'entends que le public est déjà chaud. Les lumières s'éteignent, ça se rallume, je monte sur scène. Et là, je me fais huer par 2 000 personnes. Qui me huent comme si j'étais juste pas du tout la bienvenue." Les insultes fusent : "salopes", "pute".

Son frère Roméo Elvis l'avait pourtant prévenue : "T'es folle, le public de Damso n'est pas prêt. Tu vas te faire taper dessus." Mais cette mauvaise expérience, même si elle a un instant pu semer le doute dans l'esprit de la chanteuse, s'est finalement révélée positive. Les concerts suivants, elle n'a pas donné l'occasion au public du rappeur bruxellois de manifester son mécontentement lors de son arrivée sur scène. Et aujourd'hui, elle cartonne avec "Démons", le duo qu'elle signe en compagnie de Damso, extrait de Nonante-cinq.

Sur le même sujet