"J'approche du moment": les bouleversantes confidences de Line Renaud

L'artiste de 94 ans s'est confié sur sa fin de vie.

P.-Y.P.
"J'approche du moment": les bouleversantes confidences de Line Renaud
©BELGA

A l'issue de la projection du film "Une Belle Course" au Festival du Film d’Angoulême où elle partage l'affiche avec Dany Boon, Line Renaud a ému l'assemblée comme le rapporte Le Parisien. Il faut dire que le film évoque sans tabou la mort. "Madeleine, 92 ans, appelle un taxi pour rejoindre la maison de retraite où elle doit vivre désormais", peut-on lire dans le synopsis officiel du long-métrage, Une Belle Course, en salles le 21 septembre prochain. "Elle demande à Charles, un chauffeur un peu désabusé, de passer par les lieux qui ont compté dans sa vie, pour les revoir une dernière fois. Peu à peu, au détour des rues de Paris, surgit un passé hors du commun qui bouleverse Charles. Il y a des voyages en taxi qui peuvent changer une vie..."

Après la projection ce mardi 23 août, Line Renaud était en larmes. "J'ai pleuré tout le temps. Mais je ne voudrais pas vous faire pleurer vous. Je vous aime !", a-t-elle ainsi lancé au public, micro à la main, comme le rapporte le Parisien. La célèbre ancienne meneuse de revue, aujourd'hui âgée de 94 ans et membre de l'association pour le Droit de Mourrir dans la Dignité, a ensuite évoqué sa fin de vie. "J'approche du moment, je suis obligée d'y penser." "Non !", répondent to the go les personnes présentes dans la salle. "Mais j'ai eu une belle vie, une vie extraordinaire. Et ça, ça ne s'oublie pas. Même quand je ne serai plus là…." Des mots poignants, touchants et émouvants.

Dimanche dernier, dans le JDD, une lettre ouverte appelant à légaliser l'aide active à mourir avait même été publié par celle qui a reçu la légion d'honneur."Pourquoi vouloir rester jusqu'au bout quand vous savez que vous êtes condamné à court terme et que vos souffrances physiques et psychiques seront, en dépit des progrès de la médecine et du dévouement des soignants, réfractaires à tout traitement thérapeutique ?", peut-on ainsi lire dans cette tribune de la part de Line Renaud. "Pourquoi endurer une cruelle agonie quand la mort peut vous délivrer d'une vie qui n'est plus qu'une survie douloureuse sans espoir de guérison ?"