Carrière, dépendance à l'alcool et la drogue, objectifs: Eminem se dévoile dans une rare interview

Eminem revient sur les points forts de sa carrière mémorable.

Carrière, dépendance à l'alcool et la drogue, objectifs: Eminem se dévoile dans une rare interview
©BELGA

Eminem profite du 25ème anniversaire du magazine américain XXL pour faire le point. Il partage les hauts et les bas de son parcours, l'impact de sa rencontre avec ses héros du rap, sa lutte contre la dépendance, le rôle qu'il joue dans le hip-hop d'aujourd'hui, le fait qu'il se tourne vers la jeune génération pour trouver l'inspiration et plus encore.

À propos de sa rencontre avec Dr. Dre et de la création de son premier album, The Slim Shady LP: "Je me souviens m'être dit: 'Si je pouvais juste rencontrer Dre, mon Dieu, ce serait tellement fou. Il est tellement génial.' Trois semaines plus tard, j'étais chez lui. Nous avons fait 'The Slim Shady LP'. C'était un album amusant à faire, mais c'est aussi là que tout a soudainement changé. L'un de ces changements marquants a été quand la drogue est rentrée dans ma vie, une fois que j'ai signé avec un label de musique."

Sur son rôle dans le hip-hop d'aujourd'hui: "Mon rôle est de toujours essayer d'être le meilleur rappeur. C'est tout. C'est ce que je veux ressentir à l'intérieur. J. Cole et Kendrick Lamar, ces gars-là rappent pour être les meilleurs rappeurs. Quand j'écoute leur musique, je me dis que ne suis pas le meilleur rappeur en ce moment. Du coup, ça me donne la motivation de me surpasser."

À propos de la jeune génération d'artistes: "Je veux faire des choses que personne à partir de maintenant ne pourra jamais dépasser. Rapper ​​à un niveau que personne d'autre ne pourrait atteindre. Et encore une fois, c'est subjectif. Chaque rappeur, en particulier les rappeurs du rap compétitif, veut être le meilleur rappeur. Donc, je cherche à ce que la jeune génération me pousse à faire mieux. Je n'ai pas à faire d'albums. Je n'ai rien à faire à ce stade. C'est une question de vouloir et ça n'a jamais changé pour moi. J'aime toujours le rap. Ça a toujours été la chose la plus importante pour moi. Je m'amuse toujours à écrire."

Quand sa dépendance a pris un mauvais tournant: "J'ai pu minimiser ma dépendance et la cacher pendant un moment, jusqu'à ce que ça devienne vraiment mauvais. Je venais de sortir mon album 'Encore' quand ma dépendance a commencé à s'aggraver. Je prenais du Vicodin, du Valium et de l'alcool. Je me souviens que les choses ont commencé à devenir vraiment, vraiment mauvaises quand moi et 50 Cent étions sur un plateau de télévision de la chaine BET et je ne comprenais pas un mot de ce qu'on me disait. 50 Cent a dû répondre pour moi à toutes les questions."