La semaine dernière, le président américain a annoncé qu'il accueillerait à la Maison Blanche celui qu'il avait qualifié de "héros", le chien ayant participé au raid menant à la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi. Ne tarissant pas d'éloge à son sujet, le milliardaire avait également publié sur son compte Twitter un photo-montage sur lequel on le voyait accrocher une médaille au cou du berger belge. 

Mais si Donald Trump a vanté les mérites de ce chien en particulier, il ne serait pas, dans le fond, si friand de cet animal domestique. Comme l'explique Slate, il est le premier président depuis 1901 à ne pas avoir de chien à la Maison Blanche. Mais plus encore, le président a déjà montré à plusieurs reprises la haine qu'il portait à celui qu'on appelle pourtant le "meilleur ami de l'homme". En effet, le chef d'Etat a, à de nombreuses reprises, insulté ses opposants de "chiens", comme il l'avait fait avec le rappeur Mac Miller. Plus récemment encore, quand il avait évoqué la mort du chef de l'Etat Islamique, Trump avait expliqué qu'il était "mort comme un chien". En 2011, déjà, le président avait inscrit sur le portrait d'un journaliste "tête de chien". Des insultes à répétition qui posent sérieusement question sur le dégoût du magnat pour ce type d'animal en particulier. 

Une interrogation à laquelle a déjà partiellement répondu l'ex-femme du président dans un livre, explique Slate. Ivana Trump a ainsi raconté la relation compliquée entre son caniche, Chappy, et celui qui deviendra son mari. Germophobe, l'actuel président des Etats-Unis refusait que la jeune femme emménage chez lui, avec son animal de compagnie. Ivana lui avait donc lancé un ultimatum: "C'est moi et Chappy ou personne!". Elle avait finalement obtenu gain de cause et a même pu dormir avec son chien. 

Déjà interrogé sur le sujet, Donald Trump s'était justifié de ne pas avoir de chien, car "il n'avait pas le temps". "J'aurais l'air de quoi à promener un chien sur la pelouse de la Maison Blanche?", avait-il lancé lors d'un meeting à El Paso.