L'amour a ses raisons que la raison ignore. Ce vieil adage, Kate Middleton en a compris toute la portée à l'université. Alors que son avenir semblait tout tracé, la roturière a pu constater que le destin, et son sens du sacrifice inné, avaient d'autres plans pour elle.

"Changement audacieux"

Dans Kate : The Future Queen, la biographie signée Katie Nicholl, on apprend en effet que Catherine n'était pas censée rallié la prestigieuse université St. Andrews, mais celle d'Édimbourg. Un souhait de longue date. "Elle avait toujours mis Édimbourg en choix numéro un, et elle avait été acceptée, sa place était réservée", y confie Jasper Selwyn, son ancien conseiller d'orientation, dans des propos rapportés par Cosmopolitan UK. Là, la future duchesse de Cambridge comptait réaliser son rêve de jeunesse en étudiant l'histoire de l'art aux côtés de ses meilleures amies de l'époque. Mais un homme va tout chambouler : le prince William.

L'étudiante décide alors de tout plaquer pour le rejoindre, quitte à prendre une année sabbatique. "Elle a changé de fusil d'épaule de manière soudaine et dramatique", constate Nicholl dans son ouvrage. "C'était un changement audacieux, c'était très risqué et inhabituel pour Kate. Il n'avait aucune garantie qu'elle puisse intégrer le programme d'histoire de l'art de St. Andrews, qui était saturé depuis William avait confirmé sa venue. Mais Kate était persuadée que c'était la chose à faire", écrit-elle. Après 10 ans de mariage durant lesquels elle s'est forgé un statut incontesté au sein de la famille royale, force est de constater qu'elle avait raison de suivre son intuition.