À 50 ans, Cate Blanchett songe très sérieusement à la retraite.

Deux Oscars (meilleur rôle secondaire pour The Aviator et meilleur actrice pour Blue Jasmine) en six nominations, plus de 150 prix internationaux en une cinquantaine de longs-métrages, aussi à l’aise dans les biographies (la reine Elizabeth, Katharine Hepburn ou même… Bob Dylan) que dans les rôles emblématiques (l’elfe Galadriel du Seigneur des anneaux, Marianne dans Robin des Bois, la belle-mère de Cendrillon, l’ennemie d’Indiana Jones dans la traque du crâne de cristal), Cate Blanchett figure, sans conteste, parmi les actrices qui comptent le plus actuellement. Mais cela pourrait rapidement prendre fin.

Dans une interview à Vulture, elle a confirmé ses envies de retraite : "Il est temps pour moi d’arrêter. Totalement. Absolument. Et je suis sûre que le public, partout dans le monde, quand il verra ce film (Where’d You Go Bernadette, NdlR ) dira : ‘Oh oui, il est définitivement temps pour elle de raccrocher.’ Je m’en excuse à l’avance."

Elle avait déjà évoqué cette envie de tout plaquer en février. L’idée semble donc clairement faire son chemin dans sa tête. Son prochain rôle dans le remake du Charlatan par Guillermo Del Toro, celui d’une psychiatre associée à un flic corrompu dans une affaire d’escroquerie, pourrait donc bien être son dernier. Ce serait une fameuse perte pour le 7e art. Et une source de crises d’angoisse pour notre ministre des Pensions si attaché à la retraite à 67 ans : Cate Blanchett a fêté son demi-siècle d’existence le 14 mai dernier.